xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

C’est chouette l’école !


Samedi 10 Mars 2012


Branle-bas de combat jeudi à l'école Jean Jaccachoury. Ce jour-là, une chouette hulotte s'était réfugiée dans l'atrium du bâtiment.




La chouette hulotte a été secourue par les pompiers
La chouette hulotte a été secourue par les pompiers
La toute nouvelle école de Bidart, qui accueille quatre cents élèves de maternelle et de primaire, est nichée dans le vallon d’Ur Onea, un espace verdoyant jouissant d’une vue imprenable sur le piémont et les Trois couronnes, et se trouve agréablement voisine de prairies où s’ébattent pottoks, ânes et chèvres. Outre ces animaux familiers, les écoliers de « Jean Jaccachoury » ont une nouvelle amie, une chouette hulotte qui adore venir effectuer des rondes nocturnes dans l’établissement.

L'atrium, puits de lumière

L'atrium laisse entrer la lumière dans l'école. Avec Emmanuel Alzuri, maire de Bidart ©DD
L'atrium laisse entrer la lumière dans l'école. Avec Emmanuel Alzuri, maire de Bidart ©DD
Jean Jaccachoury est une école sans couloirs, où les sas de communication entre les classes sont des atriums, bénéficiant d’un ensoleillement maximum ce qui évite de les chauffer. Il semble que les rapaces nocturnes aient trouvé un passage pour venir squatter l’atrium en question. Lors de sa première visite, le volatile avait fini par s’éclipser de lui-même. Mais cette semaine, le personnel d’entretien qui embauche à six heures du matin eut la surprise de trouver une hulotte bien installée qui ne voulait pas quitter les lieux, car le jour se levait, et c’était donc pour elle le moment de s’endormir.

La directrice Nicole Desclaux raconte : « C’était un superbe animal, un peu impressionnant. Devant son refus de partir, nous avons téléphoné à Hegalaldia d’Ustaritz, une association spécialisée dans les oiseaux en péril. Là, on nous a conseillés d’appeler les pompiers pour la faire sortir, car c’est la période de nidification, et elle avait peut-être une famille qui l’attendait. »

La chouette hulotte a regagné ses pénates

Les pompiers n’ont eu aucun mal à convaincre la pacifique chouette de regagner ses pénates. Les enfants et le personnel ont bénéficié d’une récréation supplémentaire et d’une leçon de choses « in situ ». La chouette hulotte est devenue une vedette, photographiée et admirée, y compris par les pompiers. Si d’aventure elle revenait, il semble qu’on ait découvert une issue de secours pour volatiles dans l’atrium.

Daniel de Luz


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement