xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

C’est chouette l’école !


Samedi 10 Mars 2012


Branle-bas de combat jeudi à l'école Jean Jaccachoury. Ce jour-là, une chouette hulotte s'était réfugiée dans l'atrium du bâtiment.




La chouette hulotte a été secourue par les pompiers
La chouette hulotte a été secourue par les pompiers
La toute nouvelle école de Bidart, qui accueille quatre cents élèves de maternelle et de primaire, est nichée dans le vallon d’Ur Onea, un espace verdoyant jouissant d’une vue imprenable sur le piémont et les Trois couronnes, et se trouve agréablement voisine de prairies où s’ébattent pottoks, ânes et chèvres. Outre ces animaux familiers, les écoliers de « Jean Jaccachoury » ont une nouvelle amie, une chouette hulotte qui adore venir effectuer des rondes nocturnes dans l’établissement.

L'atrium, puits de lumière

L'atrium laisse entrer la lumière dans l'école. Avec Emmanuel Alzuri, maire de Bidart ©DD
L'atrium laisse entrer la lumière dans l'école. Avec Emmanuel Alzuri, maire de Bidart ©DD
Jean Jaccachoury est une école sans couloirs, où les sas de communication entre les classes sont des atriums, bénéficiant d’un ensoleillement maximum ce qui évite de les chauffer. Il semble que les rapaces nocturnes aient trouvé un passage pour venir squatter l’atrium en question. Lors de sa première visite, le volatile avait fini par s’éclipser de lui-même. Mais cette semaine, le personnel d’entretien qui embauche à six heures du matin eut la surprise de trouver une hulotte bien installée qui ne voulait pas quitter les lieux, car le jour se levait, et c’était donc pour elle le moment de s’endormir.

La directrice Nicole Desclaux raconte : « C’était un superbe animal, un peu impressionnant. Devant son refus de partir, nous avons téléphoné à Hegalaldia d’Ustaritz, une association spécialisée dans les oiseaux en péril. Là, on nous a conseillés d’appeler les pompiers pour la faire sortir, car c’est la période de nidification, et elle avait peut-être une famille qui l’attendait. »

La chouette hulotte a regagné ses pénates

Les pompiers n’ont eu aucun mal à convaincre la pacifique chouette de regagner ses pénates. Les enfants et le personnel ont bénéficié d’une récréation supplémentaire et d’une leçon de choses « in situ ». La chouette hulotte est devenue une vedette, photographiée et admirée, y compris par les pompiers. Si d’aventure elle revenait, il semble qu’on ait découvert une issue de secours pour volatiles dans l’atrium.

Daniel de Luz


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement