xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Brigitte Bardot veut tordre le cou au jeu de l'oie


Lundi 10 Août 2015


Certaines communes du Pays Basque perpétuent le jeu de l'oie lors de leurs fêtes patronales. Cambo a prévu de s'y adonner mercredi. Brigitte Bardot a écrit au maire de la ville pour l'inciter à substituer à l'oie un leurre.




Pendue à un fil, l'oie déjà occise sera décapitée ©V.B.
Pendue à un fil, l'oie déjà occise sera décapitée ©V.B.
Pourquoi ne pas remplacer le corps inerte de l'oie par un leurre confectionné par les Camboars ? Interpellée par des témoignages, Brigitte Bardot a pris sa plume pour écrire au maire de Cambo-les-Bains. En cause le jeu de l'oie - ou de canard dans d'autres communes. Un jeu de l'oie qui ne se joue pas avec des dés, mais une oie tuée.

Avec un leurre, "la ville retrouverait une image éthique"

Ce jeu que d'autres contrées que le Pays Basque pratiquent aussi se joue sur terre ou sur l'eau. Sur un fil tendu en hauteur, une oie est suspendue par les pattes. Les joueurs, à cheval ou sur bateau, vont tenter de lui arracher la tête. Soit à la main lancés au grand galop. Soit à lame, épée ou sabre.

Si dans les temps anciens, l'oie était vivante, elle est aujourd'hui déjà occise avant même de se retrouver cul-par-dessus-tête. Et quelques communes basques, Cambo dans ce cas-ci, organisent le jeu de l'oie pendant leurs fêtes locales.

Or la fondation Brigitte Bardot a reçu des témoignages le dénonçant. « Tuer un animal et s'amuser à arracher sa tête est une occupation bien morbide et irrespectueuse, cela banalise la mort de l'animal ici réduit au rand d'obje »t écrit donc Brigitte bardot au maire de Cambo, Vincent Bru.

La présidente de la fondation lui propose pour conserver « tout le folklore » autour de l'antzara jokoa (jeu de l'oie en basque) de substituer à l'oie un leurre.

« Votre ville retrouverait une image éthique, soucieuse du respect du vivant, qui hélas fait trop souvent défaut dans le Sud-Ouest avec ses nombreuses "festivités" barbares...  » termine-t-elle.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées



1.Posté par Sophie Latour le 11/08/2015 10:40 (depuis mobile)
Crimes Souffrance animale Mort animale Merci Brigitte Bardot

2.Posté par STOP a cette mochete .. le 11/08/2015 13:28 (depuis mobile)
Quel est l intérêt ? Qu on fiche la paix a cette pauvre oie ...beurkkkk quel amusement morbide 😢😈

Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement