xoriburu.info
Eko-société

Bizi ! organise un village alternatif à Bayonne


Vendredi 24 Septembre 2010


Le 10 octobre prochain est lancée la journée internationale pour le changement climatique. Les citoyens du monde sont invités à se mobiliser localement. A Bayonne, l'association Bizi ! met sur pied le village Alternatiba.




©xoriburu.info
©xoriburu.info
10-10-10= -10% n'est pas une équation. Encore que. Il est l'appel lancé à chaque acteur du monde, famille, entreprise, collectivité... à réduire de 10% ses émissions de gaz à effets de serre dès cette année. Il fallait une date symbolique. C'est donc le 10 octobre prochain qui a été choisi pour être la journée internationale pour le climat.

Et l'ong 350.org d'inviter chacun à se mobiliser ce jour-là pour inciter les Etats à plus d'actions en faveur du climat. Dans plus de 166 pays, près de 3000 événements ont relevé le défi. Au Pays-Basque, c'est l'association Bizi ! qui l'a relevé.

Hier soir, alors que le soir tombait sur le petit-Bayonne et les terrasses calmes de ses cafés, Bizi ! a tenu une réunion d'information à la Fondation Manu Robles-Arangiz. Plus une chaise vide dans le local. Bizi ! a opté pour la mise sur pied d'un village "de transition vers le monde demain" au cœur de la cité. Le village s'appelle Alternatiba, traduction en basque du nom du collectif aquitain, Alternativa, qui s'est attelé à la tâche dans le grand Sud-Ouest français.

Son objectif : présenter au public les alternatives qui existent déjà. Alternatives à la tout-voiture, à l'agriculture intensive..."Des associations viendront qui travaillent à des alternatives concrètes, des paysans et des artisans qui sont dans des logiques éco-responsbales seront invités à un marché le matin" a expliqué Bizi ! Nous proposerons à des musiciens et des artistes d'intervenir dans les rues. Une société plus sobre en énergie, plus éco-responsable, ce n'est pas une société triste mais vivante."


Jean-Noël Etcheverry explique le village Alternatiba ©xoriburu.info
Jean-Noël Etcheverry explique le village Alternatiba ©xoriburu.info
Ce dimanche 10 octobre, certaines rues du quartier seront fermées à la circulation. Un arrêté municipal sera pris en conséquence, précise l'association. "Nous appellerons les familles du quartier à descendre dans la rue, proposer des gâteaux, organiser des apéritifs entre voisins... ". Transport durable, surf durable, banque éthique et responsable, recyclage... de nombreuses thématiques expliqueront aux familles les actions qu'elles peuvent engager dès aujourd'hui. Un appartement témoin Alternatiba sera même installé pour le bon exemple. Du concret pour mieux convaincre.

A 10 heures, le 10/10 prochain, le village sera inauguré par Susan Georges, altermondialtiste bien connue. "Oui, chacun peut faire quelque chose individuellement contre le changement climatique, mais c'est tellement plus agréable de le faire en famille ou avec des amis. C'est pour cela que vous êtes conviés à Alternatiba, le village écologique qui tracera un beau chemin vers le futur que l'on peut emprunter tous ensemble." Tel est son message.

La veille, Geneviève Azam, maître de conférence en économie, membre du conseil scientifique d'Attac, interviendra sur le thème "Vers l'après-capitalisme : relocalisation et reconversation". L'entrée à la manifestation est gratuite.


Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement