xoriburu.info
Ecosystèmes

Bioterra 2019 : pour un mode de vie sain et respectueux de l'environnement.


Lundi 3 Juin 2019


Bioterra se réveille pour sa seizième édition à Irun. Découvrez le programme de ces trois jours dédiées aux modes de consommation alternatifs.




Iñigo Ansola, directeur général de EVE, Jose Ignacio Asencio, député de l'environnement, José Antonio Santano, maire d'Irun et président de la fondation Ficoba et Monica Alday, directrice de Bioterra ont présenté ce matin les enjeux du salon ©xoriburu
Iñigo Ansola, directeur général de EVE, Jose Ignacio Asencio, député de l'environnement, José Antonio Santano, maire d'Irun et président de la fondation Ficoba et Monica Alday, directrice de Bioterra ont présenté ce matin les enjeux du salon ©xoriburu
Pour la seizième fois, le salon Bioterra ouvrira ses portes à 160 exposants et au public venu de la région entière les 7, 8 et 9 juin 2019.

Le salon, qui propose des expériences respectueuses de l'environnement, certaines bio ou encore vegan, se déroulera pour la quatrième année consécutive à la halle de Ficoba à Irun.
Aucun thème n'échappe au développement durable. De nos jours l'être humain doit être totalement conscient de son impact. Dès qu'il entreprend, des conséquences irrévocables peuvent détruire un peu plus chaque jour notre planète. 

Bioterra, c'est la preuve qu'il existe des alternatives à nos modes de vie, plus respectueuses de l'environnement mais aussi bien plus saines pour soi et ça dans tous les domaines.
En passant par l'agriculture biologique, le bien-être, les cosmétiques mais aussi la bioconstruction, le salon, ses exposants et les multiples conférences permettront aux visiteurs d’appréhender ces nouveaux modes de vie et de consommation.
 

Des enjeux environnementaux importants

©xoriburu
©xoriburu
Cette année, l'accent sera mis sur la pollution environnante et plus particulièrement la présence importante de plastique dans nos océans. Qui n'a jamais rencontré de déchets dans la mer ? Déjà peu agréable pour l'homme nous pouvons imaginer et surtout nous connaissons les dangers que cela représente pour les espèces marines. Sur notre planète, chaque seconde, cent tonnes de déchets sont rejetés en mer provoquant ainsi la mort de milliers de mammifères marins. Toutes les espèces sont touchées : les oiseaux, les tortues mais aussi les poissons et les mollusques. Pourtant des alternatives existent, pourquoi ne sont-elles pas plus mises en avant ? Pourquoi l'être humain refuse de prendre soin de son lieu de vie ? Est-ce seulement de l'égoïsme ou peut être aussi un manque d'informations concrètes ? 
 
Pendant le salon Bioterra, de nombreux spécialistes apporteront un éclairage sur ces enjeux environnementaux et les conséquences sur la santé humaine par le biais de conférences et d'ateliers. Seront présents entre autre, Juan Llorca, fondateur de la première école 100% Montessori à Valence en Espagne, Brenda Chavez, journaliste spécialisée en durabilité et culture mais aussi Ceballos Alonso, fondatrice et créatrice de Trucos Naturales, Ana Gonzalez Nevado, créatrice et conseillère à Hendaye Style. Des démonstrations seront aussi organisées afin de faire découvrir toutes ces nouveautés aux visiteurs.
 
 

Végan, un nouveau mode de consommation

Cette année petite nouveauté avec l'arrivée de stands entièrement végans qui proposeront des produits de maquillage et de soins adaptés. Mais aussi, des aliments et des vêtements en adéquation avec leurs valeurs.

En France, l'Institut d'étude Xerfi affirme que la vente de produits végétariens et végans ont généré l'année dernière 380 millions d'euros dans les grandes et moyennes surfaces. Un chiffre en hausse de 24% qui prouve un réel envie de changement chez les français, souvent incités par les nombreux scandales sanitaires et par le bien-être animal.
Bioterra a bien compris et pris en compte ces nouveaux enjeux et apporte de nouvelles réponses à ces problématiques.

 
Vous pouvez retrouver l'intégralité du programme de ces trois jours ainsi que les heures des conférences et des ateliers sur le site web du salon ci-dessous. 

 

 


India Hees


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 30 Mai 2019 - 15:18 La semaine hendayaise est de retour


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement