xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Bientôt un crapauduc au Pays Basque


Dimanche 15 Avril 2012


Rien ne peut empêcher les crapauds communs de traverser les routes lors de leur migration prénuptiale. A l'exception des roues des voitures. Hegalaldia réagit et lance l'opération Stop-Impact.




En dépit du mauvais temps, l'équipe d'Hegalaldiaa été sur le pied de guerre dès 10 heures ce matin ©V.B
En dépit du mauvais temps, l'équipe d'Hegalaldiaa été sur le pied de guerre dès 10 heures ce matin ©V.B
« Les crapauds communs passent l’hiver sur les hauteurs. Dès que la saison des amours approche, ils descendent pour se diriger vers la Nive. C’est là qu’ils se reproduisent. Mais ils doivent traverser la route : ils ont toutes les chances d’y être écrasés par des voitures. En plus, sur cette portion, ils se heurtent sur l’autre abord à cette glissière en béton. Ils ne peuvent pas la franchir : ils rebroussent donc chemin. Une nouvelle chance de mourir, heurtés par les véhicules. C’est la raison pour laquelle nous intervenons aujourd’hui. »

Le mauvais temps et la pluie n’ont pas découragé Hegalaldia et ses bénévoles. Dès 10 heures ce matin, le centre de sauvegarde de la faune sauvage a été à pied d’œuvre le long de la départementale 918 sur la commune de Saint Jean Pied de Port. Pioches et pelles en main, la dizaine de personnes qui a répondu présente à son appel, a creusé la terre et la roche, planté des piquets et fixé un film de plastique vert. « C’est une première étape » explique Nathalie qui mène l’opération.

Après avoir récolté des données sur les batraciens, l'association pourra proposer un passage durable sur D918

Chaque matin, l'équipe d'Hegalaldia passera récupérer les crapauds tombés dans les seaux ©V.B.
Chaque matin, l'équipe d'Hegalaldia passera récupérer les crapauds tombés dans les seaux ©V.B.
Le long de la bâche verte dressée, tous les vingt mètres, l’équipe a installé et enterré de grands seaux. Chaque matin, pendant un mois, une personne passera pour les contrôler.

« Les crapauds qui suivront la barrière de plastique verte devraient tomber dans l’un de ces seaux. Nous pourrons ainsi les identifier, les compter... puis les déposer de l’autre côté sur les rives de la Nive pour leur reproduction. Nous aurons alors des statistiques fiables sur les populations de batraciens du coin. » L'association démontera d’ici un mois la bâche verte et les piquets.

Ces statistiques en main, Hegalaldia pourra proposer aux collectivités les aménagements durables nécessaires pour permettre aux animaux d’accomplir leurs migrations sans embûche.

Sans doute, la barrière de plastique sera-t-elle remplacée par une autre en bois. Le but de cette nouvelle glissière ne sera pas d’empêcher les migrations des batraciens. Mais de diriger leurs mouvements vers un chemin sans risque.

« Ici il y a une buse d’évacuation des eaux qui passe sous la route et débouche sur la Nive. Les batraciens suivront la barrière jusqu’à cette buse qu’ils emprunteront. Ils pourront ainsi aller et venir sans danger pour leur vie. »

Les crapauducs permettent aux batraciens de passer sans heurt les routes

Les hérissons, les batraciens, les rapaces meurent nombreux, happés par les voitures ©V.B
Les hérissons, les batraciens, les rapaces meurent nombreux, happés par les voitures ©V.B
Cette intervention sur Saint Jean Pied de Port est la première menée par Hegalaldia dans le cadre de l’opération nommée Stop Impact. Depuis de nombreuses années, le centre est alerté par des particuliers ou les services techniques qui trouvent sur la route des animaux sauvages percutés par des voitures.

Les hérissons, les crapauds, les rapaces... paient un lourd tribut sur les routes du Pays Basque. Leurs cadavres posent des problèmes de sécurité routière.

Jusqu’à présent, aucune solution n’avait été envisagée, encore moins mise en place, pour permettre à ces animaux d’éviter ces dangers routiers. Du moins quand faire se peut.

Dans d’autres régions, des solutions existent. Les crapauducs permettent le passage des batraciens sous les routes. Des ponts végétalisés au-dessus des autoroutes rompent l’isolement des populations des animaux sauvages d’un côté à l’autre des voies...

L'opération Stop Impact a débuté au Pays Basque

Les crapauds communs ne connaissent pas les dangers routiers pour atteindre la Nive où ils se reproduisent ©V.B
Les crapauds communs ne connaissent pas les dangers routiers pour atteindre la Nive où ils se reproduisent ©V.B
Hegalaldia a répertorié pour l’instant trois points noirs où les animaux connaissent une forte mortalité routière, dont cette portion de route de Saint Jean Pied de Port. Ou à Iraty. Mais les problématiques ne sont pas les mêmes d’un lieu à un autre : les solutions développées pourront donc être différentes.

L’intervention de l'association sur la D 918 n’est qu’un début. D’ici juin, elle aura rempli ses tableaux de statistiques : taux de mortalité, quelles espèces touchées... Elle a créé des documents explicatifs à destination du grand public et des collectivités locales. Le Conseil général qu’elle a rencontré lui a versé une subvention dans ce but.

Il est 16h30 ce dimanche après-midi. Cinq personnes sont encore à l’ouvrage. Il reste encore quelques bons mètres de bord de route à équiper. Hegalaldia reviendra demain pour terminer.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement