xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Bidarteko, l'histoire d'un chaton qui finit bien


Jeudi 12 Septembre 2013


Chaque année en septembre, des centaines de chatons sont retrouvés, abandonnés sur le pavé. En début de mois, la police municipale de Bidart est justement alertée sur la présence d'une portée sur un chemin de la commune. Parmi les chatons, Bidarteko adopté par Laetitia et sa famille.




Bidarteko né dans la rue fait aujourd'hui la joie des enfants de Laetitia ©D.R.
Bidarteko né dans la rue fait aujourd'hui la joie des enfants de Laetitia ©D.R.
« Elles étaient toutes autour d'un carton à l'accueil. Je me suis approchée d'elles et j'ai vu trois chatons ! Les uns aussi mignons que les autres. J'en ai pris un dans mes bras... » Le chaton s'appelle désormais Bidardeko. De Bidart en Euskara puisque c'est là a priori qu'il est né. Comme ses frères et ses soeurs de père et de mère inconnus.

C'est début septembre que Daniel, le policier municipal, a été alerté de la présence d'une portée de six chatons le long d'un chemin du village basque sur la mer. Sur les six chatons signalés, il n'en a trouvé que trois. Les autres jeunes chats se sont-ils éloignés de leurs frères et soeurs ? La portée a-t-elle été abandonnée par un particulier ? Ou la mère a-t-elle été victime d'un accident ? Seul Bidarteko pourrait le raconter. Mais il ne parle pas la langue des hommes.

Bidarteko, futur chasseur de surmulots

Cet été, le jardin de Latitia a été transformé en terrain de golf. L'été prochain, Bidarteko pourrait bien poursuivre les faiseurs de trous ©D.R.
Cet été, le jardin de Latitia a été transformé en terrain de golf. L'été prochain, Bidarteko pourrait bien poursuivre les faiseurs de trous ©D.R.
« C'est un petit mâle. Nous l'avons amené chez le vétérinaire pour qu'il contrôle sa santé, poursuit Laetitia. Nous lui avons donné un vermifuge... Dans quatre mois, on lui fera couper les coucougnettes. Il était un peu apathique les premiers jours. Aujourd'hui il s'éclate dans la maison avec Nathan qui est super ravi d'avoir un nouveau chat. Quand nous avons emménagé dans cette maison il y a deux ans, nous avons perdu notre chat. Il a en fait disparu... »

Bidarteko furète aujourd'hui dans la maison. Demain c'est le jardin, immense, qu'il découvrira dans ses moindres recoins. Un jardin qui cet été a été transformé en un terrain de golf. En effet un petit animal, à ses débuts mystérieux, s'est amusé à creuser des petits trous. Des tas de petits trous. « Et bizarrement, notre voisin n'a pas eu les mêmes dégâts, remarque Laetitia. Il lutte plutôt contre les taupes. Notre jardin est un ancien champ. Nous n'y avons pas semé de gazon ; l'herbe qui y pousse est naturelle. Même si nous la tondons. »

Souris des champs ? Campagnol ? Rat des champs ? Au fil de ses lectures, la famille écarte l'idée de la présence d'un campagnol. Face aux dégâts, elle se résigne à acheter un piège sélectif. Après quelques tentatives infructueuse, un surmulot se laisse prendre au piège. « C'est le premier et le dernier que nous attrapons, relève Laetitia. Nous abandons la pousuite cette saison. Bientôt ce sera Bidarteko qui prendra la relève ! » Si le chaton une fois adulte se prend au jeu. Tous les chats ne sont pas de super chasseurs. Certains préfèrent la douceur des canapés aux courses-poursuites !

Pour l'heure, le chaton est encore trop jeune pour être laissé seul dans le jardin. La famille lui a donc acheté un harnais pour qu'il y fasse ses premiers pas. Sans prendre le risque qu'il s'en échappe. « Il a déjà fait connaissance avec nos cochons d'Inde. Ils se sont reniflés à travers le grillage : l'un des deux cochons est encore plus lourd que Bidarteko. Et ils ont des dents !  »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement