xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Biarritz, la chatte et ses trois chatons ont eu du pot !


Vendredi 19 Juin 2015


Tapie au fond du tunnel, la chatte veille sur sa portée. Animal abandonné, elle a trouvé abri sous un réservoir d'eaux pluviales dans un jardin particulier de Biarritz. Quel sera leur avenir ? L'errance, la maladie et la faim à l'instar de nombreux chats laissés sur le carreau ?




C'est Faust qui nous a alertés. il tournait autour du réservoir d'eaux pluviales. j'ai fini par me pencher et voir ce qui se passait en-dessous. » Emmanuelle finit donc par mettre son nez dans la luzerne et jette un coup d'œil sous la citerne qui repose sur deux empierrements. Entre ces derniers, un vide de plus d'un mètre de profondeur. C'est la pénombre. Un coin bien tranquille dans un quartier paisible de Biarritz, hors de l'agitation du jardin. Un nid idéal pour y déposer ses petits. Une chatte l'a bien compris qui y a mis bas. « J'ai vu la mère et deux chatons ! Des crevettes... » Aiiie aiie !

Un troisième chaton se cache au bout du tunnel

La propriétaire des lieux appelle au secours sa voisine. Les deux dames soupirent pour aussitôt s'inquiéter. Comment aider cette nouvelle mère et ses petits ? Impossible de les récupérer : ils sont enfouis au bout du tunnel. Hors de portée ; elles n'ont pas assez le bras long. « Je pars en vacances quinze jours s'inquiète Emmanuelle. C'est mieux car Faust n'ira pas les ennuyer. Mais qui va les surveiller ? » Chantal bien sûr qui porte un amour inconditionnel aux animaux. Protectrice dans l'âme, elle a déjà porté assistance aux chats abandonnés de la résidence. Les chiens ou les chats qu'elle et son époux ont accueillis dans leur maison ont tous connu le pavé, âmes solitaires en errance.

Et pendant quinze jours alors que la pluie succède au soleil, Chantal cinq fois par jour se penche au chevet de la maman et ses chatons. Un peu de nourriture, une couverture pour affronter les froides nuits de cette fin mai, une belle et grande boîte tapissée de tissus où la chatte et ses petits finiront par trouver refuge plus sûr. « C'est Roger qui l'a construite. Le toit est amovible : on peut nettoyer la maison ! »

Au fil des jours, Chantal apprivoise la mère. « Elle n'est pas si farouche. Elle a dû appartenir à quelqu'un » soupçonne-t-elle. Quelques jours après que la chatte a été découverte, un troisième petit larron pointe son nez. Il était caché par les autres ! Plus faible sans doute. Plus petit. Mais sa mère ne l'a pas abandonné. Elle veille sur ses petits comme une maman avertie. Ce n'est peut-être pas sa première portée !

Il faut leur trouver un point d'accueil

Les jours passent, les chatons grandissent. « Ils ne peuvent pas rester ainsi. Il faut que nous trouvions une association qui les prenne en charge et leur trouve à tous une famille ensuite » répète à l'envi Chantal. Emmanuelle et sa famille rentrent de vacances. Faust, chien de son état, continue à fureter mais sans jamais aboyer ! A-t-il compris ce qui se passait ?

Chantal fait alors des pieds et des mains auprès des organisations locales de protection animale. Elle les connaît bien et généreuse, elle leur apporte quelques contributions financières pour soutenir leurs actions. C'est finalement une petite association bayonnaise qui agit en faveur des chats qui répondra à son appel. Et début juin, une de ses bénévoles débarque. Muriel, une caisse à la main.

Chantal tremble. Tiraillée entre le désir d'offrir à ses protégés l'amour d'un foyer humain - elle versera même 200 euros pour aider l'association - et la tristesse d'un adieu. C'est elle qui prendra la chatte et ses petits pour les mettre dans la caisse de transport. Une petite trahison à la confiance que les quatre animaux lui portent maintenant ? C'est pour leur bien se persuade-t-elle les larmes aux yeux. Perchée en haut de son balcon, Emmanuelle et ses filles ont elles aussi du mal... A l'intérieur de la maison, Faust ne se doute de rien.

Et si chacun s'arrêtait sur le chat errant de son quartier...

« Ils seront très bien au refuge Xakurrak de Bayonne, insiste Muriel. Nous avons tout préparé. Ils seront placés en quarantaine, pour être sûr qu'ils ne sont pas porteurs de maladies... Ils resteront ensemble. Et lorsque les chatons seront sevrés, nous les proposerons à l'adoption, la mère et les chatons. » Chantal le sait ; mais ses yeux rougissent de son trop plein d'émotions. Elle et son époux ne peuvent en garder aucun car dans la maison, Tigron veille jalousement sur son territoire. Chat errant un jour que le couple retrouva sur son canapé. Tigron n'en repartira jamais.

La voiture de Muriel s'éloigne et emporte la chatte et ses trois chatons vers leur propre destin. Chantal et Roger ramassent couvertures et nourriture qu'ils garderont bien au chaud. Sait-on jamais ! « Si les hommes cessaient d'abandonner leurs animaux. Si chacun pouvait s'arrêter sur le chat qui erre dans son quartier et l'aider... » soupire Chantal.

Aujourd'hui, les chatons grandissent paisiblement au refuge, veillés par leur mère qui en dépit de ses déboires a su mener jusqu'au bout sa mission. Va bientôt arriver la minute où leurs chemins se sépareront.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images


La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement