xoriburu.info
Zooms

Ben et Jade, un amour de chien


Mardi 2 Avril 2013


Tout aurait pu les séparer. Mais Ben a refusé de laisser derrière lui Jade, son amour de la rue. Une belle histoire de chiens.




Ben et Jade. Un chien et une chienne qui se vouaient un amour sans faille. C’est dans la rue que leur histoire commence. Ils y ont été abandonnés. Chiens errants, tous deux arpentent le pavé de Terre Haute, une cité dans l’Indiana aux Etats-Unis. Sans se quitter. Toujours s’épaulant. Le mâle et la femelle finiront pas donner naissance à une portée. L'été dernier, les animaux sont récupérés par le refuge Terre Haute Humane Society qui les soigne et les place à l’adoption. Leur histoire est racontée par la presse américaine.

Au début de cet hiver, Courtney et Jason se présentent au refuge : le couple souhaite adopter un chien. C’est Ben qu’il choisit. Trois semaines passent. Ben prend ses marques dans cette famille américaine qui a un jeune garçon. Aurait-il effacé de sa mémoire son douloureux passé ?

Ben franchit plus de quinze kilomètres pour rejoindre sa belle

Pas si sûr, parfois le chien semble être ailleurs. Et soudain, Ben disparaît. Le couple apprend qu’il a rejoint le refuge à plus de quinze kilomètres de là. En vingt-quatre heures, l’animal est allé rejoindre sa belle, faisant fi du froid qui règne le pays.

Courtney et Jason n’ont pas voulu briser les liens qui unissaient les deux animaux. Le couple aurait pu décider d’adopter un autre chien que Ben. Que nenni ! Ils ramènent d'abord Ben chez eux. Puis, quatre jours après l'aventure, Ils décident finalement d'aller chercher sa belle. « Ben aurait été perdu s’il nous l’avions pris sans elle » a expliqué Courtney à la chaîne.

Leur histoire d’amour a laissé songeuse la famille qui déplore l’attitude de ceux qui les ont négligés avant leur sauvetage.

Depuis, Ben et Jade ne se quittent plus d’une semelle, ou plutôt d’un coussinet. Une histoire d’amour qui se termine bien. Certains êtres humains pourraient en prendre de la graine pense Courtney qui ajoute : « Ils savent pardonner et s’aimer sans faille »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement