xoriburu.info
Castellaño

Baiona : una marcha contra la LGV


Lundi 13 Décembre 2010


Ciento treinta tractores en las calles de Baiona... los peatones sacaron fotos de este desfile sorprendente mientras buscaban unos regalitos para las próximas fiestas de Navidad. Los productores agrícolas no protestaban contra la PAC sino la nueva línea de alta velocidad que debe de atravesar Iparralde.




Baiona : una marcha contra la LGV
El sábado pasado, se realizó una concentración de protesta contra el proyecto de línea de gran velocidad (LGV en francés) en Baiona. Desfilaron unos 130 tractores mientras los peatones iban de compras para las próximas fiestas de Navidad. Respondían el llamamiento de los sindicatos agrícolas ELB, Confederation paysanne…

La manifestación concentró de 5300 a 15300 personas según las fuentes. Ciertos alcaldes y sus concejales de Iparralde encabezaron el desfile de pie que precedían los vehículos agrícolas. Así representaban los municipios donde la nueva vía ferroviaria pasaría.


Baiona : una marcha contra la LGV
Las organizaciones ecologistas y los elegidos se oponen a la LGV porque la consideran inútil, costosa y destructora del territorio vasco. Piden que las vías actuales se modernicen. Según ellos, estas vías pueden satisfacer las previsiones de tráfico ferrovial (personas y mercancías) para los próximos decenios.

No sólo se organizó la marcha de protesta en Baiona sino en otros sitios del suroeste de Francia. Este sábado fue escogido como fecha simbólica de acciones contra los proyectos inútiles en la Unión europea. En Alemania y Italia organizaciones ecologista manifestaron también.

La nueva línea debe de conectar con la Y vasca, la línea mixta de Euskadi que se construye entre Irún, Bilbao et Vitoria-Gasteiz . Se inscribe en un proyecto de red transeuropea de alta velocidad.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 15 Décembre 2010 - 00:03 Una Navidad identificada

Jeudi 28 Octobre 2010 - 20:31 Paul el pulpo murió el martes pasado


On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images


La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement