xoriburu.info
Castellaño

Baiona : una marcha contra la LGV


Lundi 13 Décembre 2010


Ciento treinta tractores en las calles de Baiona... los peatones sacaron fotos de este desfile sorprendente mientras buscaban unos regalitos para las próximas fiestas de Navidad. Los productores agrícolas no protestaban contra la PAC sino la nueva línea de alta velocidad que debe de atravesar Iparralde.




Baiona : una marcha contra la LGV
El sábado pasado, se realizó una concentración de protesta contra el proyecto de línea de gran velocidad (LGV en francés) en Baiona. Desfilaron unos 130 tractores mientras los peatones iban de compras para las próximas fiestas de Navidad. Respondían el llamamiento de los sindicatos agrícolas ELB, Confederation paysanne…

La manifestación concentró de 5300 a 15300 personas según las fuentes. Ciertos alcaldes y sus concejales de Iparralde encabezaron el desfile de pie que precedían los vehículos agrícolas. Así representaban los municipios donde la nueva vía ferroviaria pasaría.


Baiona : una marcha contra la LGV
Las organizaciones ecologistas y los elegidos se oponen a la LGV porque la consideran inútil, costosa y destructora del territorio vasco. Piden que las vías actuales se modernicen. Según ellos, estas vías pueden satisfacer las previsiones de tráfico ferrovial (personas y mercancías) para los próximos decenios.

No sólo se organizó la marcha de protesta en Baiona sino en otros sitios del suroeste de Francia. Este sábado fue escogido como fecha simbólica de acciones contra los proyectos inútiles en la Unión europea. En Alemania y Italia organizaciones ecologista manifestaron también.

La nueva línea debe de conectar con la Y vasca, la línea mixta de Euskadi que se construye entre Irún, Bilbao et Vitoria-Gasteiz . Se inscribe en un proyecto de red transeuropea de alta velocidad.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 15 Décembre 2010 - 00:03 Una Navidad identificada

Jeudi 28 Octobre 2010 - 20:31 Paul el pulpo murió el martes pasado


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement