xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Arrivée étonnante d'un vautour moine à Hegalaldia


Vendredi 10 Octobre 2014


Voilà qu'hier un vautour moine s'est égaré dans le Béarn à Maucor. Alertée la brigade faune sauvage des pompiers de Pau est parvenue à récupérer l'oiseau et l'a confié aux bons soins de Hegalaldia. Un sauvetage surprenant : l'espèce est absente des Pyrénées.




Hegalaldia va retaper ce jeune vautour moine égaré en Béarn ©Hegalaldia
Hegalaldia va retaper ce jeune vautour moine égaré en Béarn ©Hegalaldia
C'est encore un gros poussin. Il en a le comportement à agiter ses ailes pour réclamer sa pitance. Nous le garderons à l'infirmerie jusqu'à dimanche. Il n'est pas blessé et manque juste un peu de poids. Nous le placerons en volière avec deux vautours fauves relativement calmes. » Le poussin qu'évoque Stephan Maury à Hegalaldia pèse quand même 5,527 kilos. C'est un vautour moine, un jeune de l'année, que la brigade faune sauvage des pompiers de Pau a récupéré à Maucor dans le Béarn. « La brigade est intervenue une première fois. Sans succès : il était trop volant. La seconde a été la bonne ! sourit Stephan qui connaît d'autant mieux ces pompiers qu'ils viennent se former au centre. Ils interviennent bénévolement sur la faune sauvage ! »

Les Pyrénées n'abritent pas de vautours moines

Plumage brun, le vautour moine va détonner parmi les vautours fauves. En fait, sa présence dans le Béarn est pour le moins surprenante : l'espèce ne fréquente pas les Pyrénées. Disparue des paysages français au début du siècle dernier, elle a redéployé ses ailes dans les Grands Causses suite à un plan de réintroduction né en 1988 sous l’impulsion de la Vultures Conservation Foundation (VCF). « Il doit venir d'Espagne » glisse Stephan. Poussé par les vents du sud qui ont soufflé ces derniers jours ? En tous les cas, l'oiseau trop jeune n'est pas parvenu à reprendre sa route.

« Le vautour moine est le sujet d'un plan d'actions national, poursuit Stephan. Nous avons aussitôt averti la Dreal Midi-Pyrénées. Nous allons le retaper en volière. Et le garder sans doute un à deux mois le temps que la LPO Grands Causses obtienne les autorisations nécessaires à sa prise en charge et son transport.  »

Une fois récupéré par la LPO, le vautour moine, le plus grand rapace d'Europe, rejoindra le programme de conservation de son espèce. Un programme qui a pour objectif la recolonisation par ce nécrophage de ses anciens territoires et la reconstitution de populations viables. Ses moyens : lâcher de jeunes oiseaux nés en captivité ou provenant des centre de soins.

L'avenir du gros poussin de Hegalaldia est tout tracé. Si tout va bien, il volera dans quelques mois au-dessus des Grands Causses ou des Baronnies. Et quand l'adulte qu'il sera devenu aura trouvé son partenaire, le nécrophage construira son nid dans un des arbres de sa région d'adoption.

Hegalaldia soigne deux vautours victimes d'empoisonnement

« C'est le 48e vautours que nous récupérons depuis deux mois et demi, précise Stephan. Beaucoup de jeunes immatures qui ont raté la sortie de leur nid. Toutefois, nous venons d'en accueillir deux victimes d'un empoisonnement. L'un sur Cambo, le second sur Hélette. Au vol d'oiseau les deux communes sont proches. »

Si l'un a bien répondu aux soins prodigués par l'équipe de Hegalaldia, le second est au plus mal. Le centre a prévenu l'Office national de la chasse et de la faune sauvage qui va mener son enquête sur ces deux empoisonnements. Acte volontaire ou accidentel ? Si l'un des vautours meurt, une autopsie sera pratiquée et permettra de déterminer quel type de poison l'a tué. « Parfois des brebis euthanasiées par un vétérinaire finissent sur des charniers sauvages au lieu d'être envoyées à l'équarrissage, pointe du doigt Stephan. Or les produits d'euthanasie sont toxiques... »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement