xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Aralar au naturel


Vendredi 8 Octobre 2010


En plein Goierri, dans le sud est du Gipuzkoa, le parc naturel d'Aralar a su préserver les activités pastorales et la conservation de sa petite faune et sa flore. La maison du parc et refuge de Lizarruti a rouvert ce printemps pour accueillir les randonneurs d'une heure ou de quelques jours.




©xoriburu.info
©xoriburu.info
C'est en 1994 que le massif d'Aralar dans le sud-est du Gipuzkoa a été déclaré parc naturel. 10 974 hectares protégés où l'homme a conservé sa place. Le massif porte les stigmates d'activités humaines de plus de milliers d'années. Dolmens, tumulus, chromlesh et menhirs parsèment la montagne.

Aujourd'hui, les bergers continuent à occuper les lieux, au cœur du massif. Ils amènent en estives leurs brebis blanches à têtes noires ou rousses, appelés en basque latxa. C'est du lait de ces brebis qu'est tiré le fromage du Goierri, Idiazabel.
Ils sont près d'une cinquantaine de bergers à avoir passé un contrat avec l'autorité gestionnaire du parc. Aux côtés des brebis, paissent aussi des vaches et des juments.

Les activités pastorales maintiennent les prairies de haute montagne. Ailleurs, la nature est laissée à elle-même. Elle abrite une faune de circonstance. Dans les cieux, les vautours fauves prêts à nettoyer la montagne de ses cadavres animaux, les chocards... Parfois un gypaète survole les lieux ; il vient des Pyrénées pas si lointaines pour les aîles de ce rapace. S'arrête-t-il pour quelques os ? Sans doute. Aralar n'est pas son territoire de reproduction. Enfin parmi les raretés ornithologiques du massif, le pic noir ou l'accenteur alpin qui en hiver descend dans les vallées.


©xoriburu.info
©xoriburu.info
Au sol, des tritons alpestres, des campagnols des neiges, des martres, des chats sauvages...

Le parc naturel d'Aralar est jalonné de sentiers de randonnées. En quelques heures ou quelques jours, les marcheurs trouvent chemins à leurs chaussures : de la balade pépère, le nez au vent, à la spéléologie pour les amateurs éclairés.

En passant par l'ascension des sommets pour les alpinistes chevronnés. Le mont Txinduri atteint 1346 mètres. En Navarre où le massif poursuit sa route, son grand frère, Irumugarrieta culmine à 1427 mètres.

Et pour ceux qui auraient envie de dormir sur place, le refuge de Lizarruti sur le col éponyme. Tout juste restauré il peut proposer le gîte et le couvert aux randonneurs. Autour une des plus grandes hêtraies du Gipuzkoa.

Le refuge d'ailleurs abrite en outre plusieurs salles flambant neuves. Salles qui expliquent ce qu'est Aralar, sa géologie, sa faune et flore et les chemins qui le sillonnent. A deux pas du refuge, la Navarre. Là, Aralar n'a plus le statut de parc naturel.

Et pour ceux qui auraient envie de dormir sur place, le refuge de Lizarruti sur le col éponyme. Tout juste restauré il peut proposer le gîte et le couvert aux randonneurs. Autour une des plus grandes hêtraies du Gipuzkoa.

Le refuge d'ailleurs abrite en outre plusieurs salles flambant neuves. Salles qui expliquent ce qu'est Aralar, sa géologie, sa faune et flore et les chemins qui le sillonnent. A deux pas du refuge, la Navarre. Là, Aralar n'a plus le statut de parc naturel.
La maison du parc au col de Lizarruti offre informations, gîte et couvert ©xoriburu.info
La maison du parc au col de Lizarruti offre informations, gîte et couvert ©xoriburu.info

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement