xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Aralar au naturel


Vendredi 8 Octobre 2010


En plein Goierri, dans le sud est du Gipuzkoa, le parc naturel d'Aralar a su préserver les activités pastorales et la conservation de sa petite faune et sa flore. La maison du parc et refuge de Lizarruti a rouvert ce printemps pour accueillir les randonneurs d'une heure ou de quelques jours.




©xoriburu.info
©xoriburu.info
C'est en 1994 que le massif d'Aralar dans le sud-est du Gipuzkoa a été déclaré parc naturel. 10 974 hectares protégés où l'homme a conservé sa place. Le massif porte les stigmates d'activités humaines de plus de milliers d'années. Dolmens, tumulus, chromlesh et menhirs parsèment la montagne.

Aujourd'hui, les bergers continuent à occuper les lieux, au cœur du massif. Ils amènent en estives leurs brebis blanches à têtes noires ou rousses, appelés en basque latxa. C'est du lait de ces brebis qu'est tiré le fromage du Goierri, Idiazabel.
Ils sont près d'une cinquantaine de bergers à avoir passé un contrat avec l'autorité gestionnaire du parc. Aux côtés des brebis, paissent aussi des vaches et des juments.

Les activités pastorales maintiennent les prairies de haute montagne. Ailleurs, la nature est laissée à elle-même. Elle abrite une faune de circonstance. Dans les cieux, les vautours fauves prêts à nettoyer la montagne de ses cadavres animaux, les chocards... Parfois un gypaète survole les lieux ; il vient des Pyrénées pas si lointaines pour les aîles de ce rapace. S'arrête-t-il pour quelques os ? Sans doute. Aralar n'est pas son territoire de reproduction. Enfin parmi les raretés ornithologiques du massif, le pic noir ou l'accenteur alpin qui en hiver descend dans les vallées.


©xoriburu.info
©xoriburu.info
Au sol, des tritons alpestres, des campagnols des neiges, des martres, des chats sauvages...

Le parc naturel d'Aralar est jalonné de sentiers de randonnées. En quelques heures ou quelques jours, les marcheurs trouvent chemins à leurs chaussures : de la balade pépère, le nez au vent, à la spéléologie pour les amateurs éclairés.

En passant par l'ascension des sommets pour les alpinistes chevronnés. Le mont Txinduri atteint 1346 mètres. En Navarre où le massif poursuit sa route, son grand frère, Irumugarrieta culmine à 1427 mètres.

Et pour ceux qui auraient envie de dormir sur place, le refuge de Lizarruti sur le col éponyme. Tout juste restauré il peut proposer le gîte et le couvert aux randonneurs. Autour une des plus grandes hêtraies du Gipuzkoa.

Le refuge d'ailleurs abrite en outre plusieurs salles flambant neuves. Salles qui expliquent ce qu'est Aralar, sa géologie, sa faune et flore et les chemins qui le sillonnent. A deux pas du refuge, la Navarre. Là, Aralar n'a plus le statut de parc naturel.

Et pour ceux qui auraient envie de dormir sur place, le refuge de Lizarruti sur le col éponyme. Tout juste restauré il peut proposer le gîte et le couvert aux randonneurs. Autour une des plus grandes hêtraies du Gipuzkoa.

Le refuge d'ailleurs abrite en outre plusieurs salles flambant neuves. Salles qui expliquent ce qu'est Aralar, sa géologie, sa faune et flore et les chemins qui le sillonnent. A deux pas du refuge, la Navarre. Là, Aralar n'a plus le statut de parc naturel.
La maison du parc au col de Lizarruti offre informations, gîte et couvert ©xoriburu.info
La maison du parc au col de Lizarruti offre informations, gîte et couvert ©xoriburu.info

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement