xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Aralar au naturel


Vendredi 8 Octobre 2010


En plein Goierri, dans le sud est du Gipuzkoa, le parc naturel d'Aralar a su préserver les activités pastorales et la conservation de sa petite faune et sa flore. La maison du parc et refuge de Lizarruti a rouvert ce printemps pour accueillir les randonneurs d'une heure ou de quelques jours.




©xoriburu.info
©xoriburu.info
C'est en 1994 que le massif d'Aralar dans le sud-est du Gipuzkoa a été déclaré parc naturel. 10 974 hectares protégés où l'homme a conservé sa place. Le massif porte les stigmates d'activités humaines de plus de milliers d'années. Dolmens, tumulus, chromlesh et menhirs parsèment la montagne.

Aujourd'hui, les bergers continuent à occuper les lieux, au cœur du massif. Ils amènent en estives leurs brebis blanches à têtes noires ou rousses, appelés en basque latxa. C'est du lait de ces brebis qu'est tiré le fromage du Goierri, Idiazabel.
Ils sont près d'une cinquantaine de bergers à avoir passé un contrat avec l'autorité gestionnaire du parc. Aux côtés des brebis, paissent aussi des vaches et des juments.

Les activités pastorales maintiennent les prairies de haute montagne. Ailleurs, la nature est laissée à elle-même. Elle abrite une faune de circonstance. Dans les cieux, les vautours fauves prêts à nettoyer la montagne de ses cadavres animaux, les chocards... Parfois un gypaète survole les lieux ; il vient des Pyrénées pas si lointaines pour les aîles de ce rapace. S'arrête-t-il pour quelques os ? Sans doute. Aralar n'est pas son territoire de reproduction. Enfin parmi les raretés ornithologiques du massif, le pic noir ou l'accenteur alpin qui en hiver descend dans les vallées.


©xoriburu.info
©xoriburu.info
Au sol, des tritons alpestres, des campagnols des neiges, des martres, des chats sauvages...

Le parc naturel d'Aralar est jalonné de sentiers de randonnées. En quelques heures ou quelques jours, les marcheurs trouvent chemins à leurs chaussures : de la balade pépère, le nez au vent, à la spéléologie pour les amateurs éclairés.

En passant par l'ascension des sommets pour les alpinistes chevronnés. Le mont Txinduri atteint 1346 mètres. En Navarre où le massif poursuit sa route, son grand frère, Irumugarrieta culmine à 1427 mètres.

Et pour ceux qui auraient envie de dormir sur place, le refuge de Lizarruti sur le col éponyme. Tout juste restauré il peut proposer le gîte et le couvert aux randonneurs. Autour une des plus grandes hêtraies du Gipuzkoa.

Le refuge d'ailleurs abrite en outre plusieurs salles flambant neuves. Salles qui expliquent ce qu'est Aralar, sa géologie, sa faune et flore et les chemins qui le sillonnent. A deux pas du refuge, la Navarre. Là, Aralar n'a plus le statut de parc naturel.

Et pour ceux qui auraient envie de dormir sur place, le refuge de Lizarruti sur le col éponyme. Tout juste restauré il peut proposer le gîte et le couvert aux randonneurs. Autour une des plus grandes hêtraies du Gipuzkoa.

Le refuge d'ailleurs abrite en outre plusieurs salles flambant neuves. Salles qui expliquent ce qu'est Aralar, sa géologie, sa faune et flore et les chemins qui le sillonnent. A deux pas du refuge, la Navarre. Là, Aralar n'a plus le statut de parc naturel.
La maison du parc au col de Lizarruti offre informations, gîte et couvert ©xoriburu.info
La maison du parc au col de Lizarruti offre informations, gîte et couvert ©xoriburu.info

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement