xoriburu.info
Zooms

Après les Ch'tis fox days, les Journées du goupil


Vendredi 20 Février 2015


Les chasseurs ont eu beau changer le nom des Ch'tis fox days en Journées du goupil, les renards se seront pas à la fête dans le Nord ce week-end. Un collectif d'associations opposé à cette mort programmée écrit au préfet en rappelant le rôle majeur du goupil dans les écosystèmes.




L'an dernier les Ch'tis fox days avaient suscité l'ire des associations de protection animale. Une manifestation avait même été organisée à Lille où plus de 1 500 personnes avaient battu le pavé selon les organisateurs. Mais il semble que le message de protestation n'ait pas été entendu par la fédération départementale des chasseurs du Nord qui réitère l'opération ce week-end. Ce samedi 21et dimanche 22 février donc, les chasseurs vont crier sus au renard et les abattre. Un prélèvement nécessaire arguent-ils pour réguler leur population et freiner leur prédation sur le petit gibier. Ils ont rebaptisé leurs journées : les Ch'tis fox days sont devenus Les journées du goupil.

Pourquoi détruire le renard qui joue un rôle clef dans la régulation des campagnols ?

Et une nouvelle fois, le collectif d'associations opposées (1) à cette opération de destruction est monté au créneau et a écrit au préfet du département pour en demander l'interdiction.

« Même si cette espèce est classée nuisible dans le département, sa destruction systématique organisée de manière synchrone utilisant tous les moyens de destruction à l’échelle du département, nous semble sortir du cadre réglementaire alors qu’aucune preuve dûment validée au titre de l’article R. 427-6 de Code de l’environnement n’a été fournie par vos services et/ou fait l’objet d’un arrêté spécifique d’autorisation de destruction par battue administrative sur le fondement de l’article L. 427-6 du même code » rappelle le collectif.

Et de rappeler la place écologique qu'occupe le goupil dans les écosystèmes. Le renard joue un rôle clef dans la régulation des petits mammifères que les agriculteurs fustigent pour leurs dégâts sur leurs cultures. Entre autres les campagnols et les lapins. Les premiers sont même « soumis à des mesures de lutte obligatoire par arrêté ministériel du 25 août 2011 (annexe B) » et les seconds classés nuisibles dans la plupart des communes du département !


Les renards tués, ce sont les campagnols et les lapins qui en profitent. Ils « prolifèrent et commettent des dégâts aux cultures, démontrant le paradoxe de la gestion de la faune régionale dans laquelle sont classés nuisibles à la fois les espèces proies nuisibles et leur prédateur susceptible de les réguler. » pointe du doigt le collectif.

La destruction du goupil favorise l'expansion de l'échinococcose alvéolaire

Certains détracteurs du renard évoquent le risque de l'échinococcose
alvéolaire, une maladie que l'homme peut attraper. A son origine : un un petit ver plat, l'échinocoque (Echinococcus multilocularis) qui parasite habituellement l'intestin du renard, mais aussi du chien ou du chat, sans entraîner de troubles particuliers chez ces espèces.

L'homme se contamine en avalant les œufs du parasite au contact des animaux parasités, chien et chat principalement, parfois renard, soit en consommant des plantes ou des fruits crus, soit en manipulant la terre (agriculture, jardinage...) rappelle une petite brochure éditée par le ministère de l'Agriculture.

Faut-il donc tuer les renards pour éradiquer cette maladie ? « Les spécialistes de l’échinococcose s’accordent sur le fait que la destruction des renards est un facteur aggravant dans l’extension géographique de la maladie » évoque le collectif. Paradoxal.


(1) Associations signataires : Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas), Groupe ornithologique et naturaliste du Nord - Pas-de-Calais (Gon), Association des naturalistes de la Gohelle (Ang), Ligue pour la protection des oiseaux Nord (Lpo Nord), Ligue pour la protection des oiseaux Pas-de-Calais (Lpo Pas-de-Calais), Rassemblement pour une France sans chasse (Rac), Fondation Brigitte Bardot, One voice.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement