xoriburu.info
Zooms

Animaliades : rififi sur le parvis d’Iraty


Dimanche 27 Novembre 2011


Dimanche après-midi, alors que les Animaliades battaient leur plein de familles, des militants de la Fondation Brigitte Bardot ont distribué des tracts en faveur de l'adoption sur le parvis de la Halle d'Iraty. Leur opération a quelque peu énervé certains éleveurs.




Pour la seconde année, les Animaliades ont tenu leur salon de chiots et de chatons à la Halle d’Iraty ce week-end. De nombreuses familles s’y sont rendues. Pour jeter un coup d’œil au moins à ces boules de tout poil et toute couleur. Craquantes, il est vrai. Les jeunes animaux étaient à l’abri des caresses dans des parcs ou des caisses grillagées. « Ne touchez pas aux animaux » prévenaient de nombreuses pancartes. Dur dur pour ces visiteurs que de résister à la tentation. « C’est pour éviter la transmission de maladies : les chiots ont eu leurs premiers vaccins. Ils attendent leurs rappels » a donc expliqué une éleveuse à une jeune touche-à-tout.

Pinschers, chihuahuas, cockers, golden retrievers…boxers et caniches, l’œil avait de quoi s’affoler devant toutes les races représentées. Sans oublier les chats lovés dans leurs caisses. Les professionnels canins et félins qui tenaient les stands étaient tous « naisseurs-éleveurs-producteurs ». Tous leurs chiots et chatons nés en France, selon un communiqué des organisateurs des Animaliades.

Toutes les familles ne sont pas reparties avec un nouveau compagnon dans les bras. Certaines ont hésité longtemps. D’autres se sont enquises de prochaines portées des élevages, avec ou sans Lof (1). Les prix oscillaient entre 600 et 1000 euros.

A l’extérieur de la Halle, sur le parvis, quelques militants de la Fondation Brigitte Bardot ont été à l’œuvre. Ils ont distribué des tracts. « N’achetez pas. Adopter » prévenaient-ils. Et de préciser à ceux qui voulaient bien les entendre : « Il y a plus de 200 000 abandons d’animaux de compagnie en France. Les refuges sont saturés » a rappelé Daniel Raposo, délégué de la fondation Brigitte Bardot dans les Pyrénées-Atlantiques. Dans un communiqué signé par la présidente de la Fondation, Brigitte Bardot, « Il faut stopper les importations et les ventes de chiens et de chats en animaleries. Imposer des quotas chez les éleveurs. Interdire la reproduction pour les particuliers.  »

Quelque peu agacés par leur présence, certains éleveurs sont montés au créneau dimanche après-midi. Et pris à partie les militants de la Fondation. « Nous sommes maintenant sous protection policière ! » a expliqué plus tard Daniel, désignant une voiture de police stationnée à l’entrée.

« Par contre, deux éleveuses sont venues discuter calmement avec nous ; elles évoquaient la création d’une charte pour leur profession » a commenté une jeune bénévole. Les visiteurs, pour leur part, ont poursuivi leurs périples. Sans parfois se douter des tensions qui se nouent autour de leurs animaux de compagnie.


(1) Livre des origines françaises

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement