xoriburu.info
Zooms

Angleterre : des guillemots englués dans une drôle de substance


Jeudi 31 Janvier 2013


Dans quelle pollution marine des guillemots de Tröll ont-ils plongé ces derniers jours dans la Manche ? Une centaine d'entre eux ont déjà été recueillis le long de la côte sud-ouest de l'Angleterre. Les oiseaux ont été confiés aux soins de la Rspca.




Plus d’une centaine de guillemots ont été découverts englués dans une substance encore indéterminée le long de la côte sud-ouest de l’Angleterre, entre Weymouth et Torquay.

Ils ont été confiés à l’association de protection animale britannique, la Rspca, qui dispose d’un centre de sauvegarde de la faune sauvage dans le Somerset. L’équipe tente de les nettoyer avec les techniques habituelles. Aussi est-il trop tôt de savoir si les oiseaux s’en sortiront. Pour autant, les premiers signes ne sont pas favorables : les oiseaux semblent mal répondre aux soins.

« Le nombre de guillemots qui arrivent dans notre centre grossit, a commenté le responsable du centre, Peter Venn, et nous faisons tout ce que nous pouvons pour les aider. Mais il est encore trop tôt pour dire si nos soins seront couronnés de succès.  »

Les guillemots plongent tête baissée dans les pollution marine

Adultes, les guillemots de Tröll mesurent autour de 38-40 centimètres et pèsent autour d’un kilogramme. Leur plumage noir et blanc, ce sont des oiseaux pélagiques : ils vivent surtout en haute mer. Ils rejoignent la terre ferme pour assurer leur reproduction. Ils nichent alors sur des corniches rocheuses de Grande-Bretagne, d’Islande, de Scandinavie... Voire de France. En hiver, ils migrent dans la Manche ou le golfe de Gascogne. Un golfe que cette année ils semblent avoir un peu déserté : les poissons dont ils raffolent semblent manquer un peu cet hiver alors que l’an dernier cette ressource alimentaire était prolifique.

Oiseaux grégaires, les guillemots pêchent en groupe : ils survolent les flots et plongent pour s’attaquer aux bancs de poissons. Cette technique de pêche est justement un lourd handicap lorsque une pollution marine grignote l’océan. Leurrés par la surface miroitante de la nappe de pétrole ou autre substance, ils plongent droit devant dans le bain mortel. Lors de la marée noire du Prestige en novembre 2002, les guillemots de Tröll avaient été la principale espèce touchée par la pollution.

Pour l’heure la nature et la source pollution dont ces guillemots sont victimes restent inconnues. Une chose est sûre : « ce n’est pas du pétrole précise Peter Venn. Peut-être est-ce un produit composé industriel.  »

Dans tous les cas, selon les constations de l’équipe, la substance est grasse, et les pattes des oiseaux sont très abîmées. La substance collante a été signalée sur la plage. La Rspca a donc appelé les promeneurs avec leurs chiens d’être vigilants sur cette zone. Reste à connaître l’ampleur de cette pollution et sa nature !

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement