xoriburu.info
Les animaux de nos mers et rivières

A la découverte des baleines du golfe de Gascogne


Mercredi 6 Mai 2015


Grand dauphin, baleine de Cuvier, rorqual commun... Face à nos côtes, le golfe de Gascogne abrite pas moins de vingt-quatre espèces de mammifères marins. Depuis le 11 avril dernier, le centre de biodiversité d'Euskadi propose de les découvrir. On embarque sur un bateau de Hegaluze à Bermeo en Biscaye pour une balade commentée par les scientifiques de Ambar.




Dauphins, cachalots, rorquals... Cétacés à 10 heures permet de découvrir les mammifères marins du golfe de Gascogne ©Ambar
Dauphins, cachalots, rorquals... Cétacés à 10 heures permet de découvrir les mammifères marins du golfe de Gascogne ©Ambar
Cachalot, orque, baleine à bec de Cuvier, grand dauphin rorqual commun... Si la baleine des Basques a disparu du large des côtes basques, le golfe de Gascogne abrite encore de nombreuses espèces de mammifères marins. Pas moins de vingt-quatre en fait qui fendent ses eaux, s'y alimentent, s'y reproduisent et y donnent naissance. Une biodiversité marine insoupçonnée du littoral. Reste une solution : embarquer sur un bateau et larguer les amarres pour le grand large.

A l'écoute des dauphins

Le golfe de Gascogne abrite 24 espèces de mammifères marins ©Ambar
Le golfe de Gascogne abrite 24 espèces de mammifères marins ©Ambar
C'est justement ce que propose Cétacés à 10 heures (1) depuis le 11 avril dernier outre-Bidassoa. Des balades en mer organisées par le centre de biodiversité d'Euskadi, en partenariat avec la Société pour l'étude et la conservation de la faune marine, Ambar, et la société nautique Hegaluze.

Objectif affiché de ces balades en mer : faire prendre conscience de l'importance de la conservation de ces mammifères marins qui fréquentent le golfe de Gascogne.

Sur le bateau qui part de Bermeo en Biscaye, les membres d'Ambar commentent tout ce que les passagers peuvent observer. Observer et écouter car à bord un hydrophone. Une sorte de microphone subaquatique qui recueille les sons sous l'eau !

Cétacés à 10 heures propose deux types de sorties : une de quatre heures (38 euros pour les adultes, 25 pour les enfants entre 7 et 12 ans), la seconde de six heures ouvertes aux personnes de plus de 16 ans (48 euros).

A noter que l'office de tourisme de Santurtzi (2) propose en été des balades similaires. Les sorties durent entre 10 et 12 heures.

(1) Pour toutes informations sur les sorties de Cétacés à 10 heures et inscriptions, cliquez ici

(2) Pour s'informer cliquer ici

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 16:58 Un globicéphale échoué à Bidart


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement