xoriburu.info
Zooms

1 031 773 signatures contre les cages à poules


Mardi 4 Juin 2019


Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.




La menace d'un Brexit a écarté les citoyens du Royaume-Uni d'une pétition européenne en faveur de la fin des élevages en cage. Sans doute pas de gaité de coeur car on connait leur engagement en faveur des animaux. Mais pour être initiative citoyenne européenne, cette pétition enregistrée par la Commission européenne le 11 septembre dernier doit répondre à des impératifs : afficher au compteur 1 million de signatures de citoyens de l'UE (ressortissants d'un État membre) de plus de sept pays de l'Union dans un délai d'un an. Or si Brexit il y avait finalement, le Royaume Uni ne serait plus membre de l'Union.


La cinquième initiative citoyenne européenne à aboutir ?

Pas franchi à cette heure : 1 031 773 personnes ont déjà signé contre les cages ! Des cages qui dans les élevages industriels emprisonnent 300 millions d'animaux dans l'Union. Il y en a les cages. « Des cages pour les poules pondeuses, les lapins, les poulettes, les poulets de chair reproducteurs, les poules pondeuses reproductrices, les cailles, les canards et les oies, les cages de mises bas pour truies, les cases de gestation pour les truies, lorsqu’elles ne sont pas déjà interdites et les cases individuelles pour veaux, lorsqu’elles ne sont pas déjà interdites. »

Si le million de signatures a été atteint, les associations ne peuvent pas s'en contenter. « Il faut encore en recueillir au moins 200 ou 300 000 car de nombreuses signatures seront certainement invalidées lors de la vérification par les autorités compétentes de chaque pays (doublons, fautes d’orthographe, numéro d’identité mal copié…) », explique l'association CIWF France. Et d'appeler à la mobilisation en France où l’es signatures peinent (près de 54 000) à l’encontre de l’Allemagne par exemple (plus de 327 700) ! Il est encore temps de signer...

Une fois l'objectf atteint, la Commission aura trois mois pour réagir et décider de faire droit à la demande ou non. Dans un cas ou un autre, elle devra motiver sa décision. Sans oublier que « cela déclenche une audition au parlement européen », ajoute l'ong. Cette ICE contre l’élevage en cage serait la 5ème ICE à aboutir depuis la création de ce mécanisme par l’UE en 2012.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement