Eko-société

Transition énergétique : débat à Biarritz


Mercredi 29 Mai 2013


« Quelles énergies utiliserons-nous demain ? Comment développer les énergies renouvelables ? Comment financer cette transition énergétique ? Comment être à la fois plus sobres et plus efficaces ? » Les Aquitains ont été invités à débattre de la transition énergétique par leur Conseil régional alors qu'à l'automne prochain une nouvelle loi de programmation sur la question devrait être présentée au Parlement. Vendredi dernier, c'est à Biarritz que les enjeux étaient passés au crible.




Les élus du Pays Basque et le secrétaire général de la préfecture des Pyrénées Atlantiques avaient répondu présents à l'invitation du débat ©V.B.
Les élus du Pays Basque et le secrétaire général de la préfecture des Pyrénées Atlantiques avaient répondu présents à l'invitation du débat ©V.B.
« Et les énergies marines ? s’étonna Philippe Etcheverry de Biarritz Ecologie. L’affiche n’y fait même pas allusion. Je rappellerai, pour ceux qui ne le savent pas, que la côte basque a été pionnière en la matière. Sous le phare Saint Martin à Biarritz, s’est construit le premier laboratoire d’hydrodynamique maritime. La seconde guerre mondiale a porté un coup d’arrêt à cette expérience... » En ce vendredi après-midi, la salle de la maison des associations à Biarritz était comble. Elle accueillait le sixième et dernier débat sur la transition énergétique que le Conseil régional d’Aquitaine organisait sur son territoire (1). Des débats en parallèle du débat national sur la même question organisé par le ministère de l’environnement, du développement durable et de l’énergie. A l’automne, une nouvelle loi sur la transition énergétique devrait être discutée.

Des énergies marines, parlons-en justement. Monique de Marco, vice-présidente d’Aquitaine en charge de l’environnement et de l’adaptation au changement climatique, dossier en mains, eut de quoi répondre aux interrogations. « Nous avons lancé une étude sur la question. Et sur la côte basque, trois ouvrages ont été identifiés pour l’énergie houlomotrice : le musoir de la digue de Socoa, la digue de l’Artha et le musoir de la digue nord de l’Adour. » Et Monique de Marco de poursuivre qu’une consultation avait été organisée avec tous les acteurs concernés pour avancer sur cette question. « Des pêcheurs bretons sont venus expliquer aux professionnels de la mer les expériences d’énergies marines qui sont menées en Bretagne... » Pour l’heure les pêcheurs sont réservés ; l’impact sur leurs activités manque de précisions : quelles pourraient être entre autres, les zones d’exclusion pour la pêche qu’impliquerait l’implantation des différents systèmes d’énergies marines renouvelables, Autant d’inquiétudes dont la députée Sylviane Allaux se fit écho vendredi.

La température pourrait augmenter de 4°C d'ici le XXIIe siècle !

Quelles énergies après-demain pourront être alternatives aux énergies fossiles ? La force du vent ou celle de la houle des océans ? Les schistes bitumeux dont les conséquences environnementales font tant débat, ailleurs et ici ? Et à ce regard, « Est-ce bien la trajectoire que collectivement nous avons envie de prendre ou d’en assumer la responsabilité » releva Walter Bouvais, co-fondateur et directeur de Terra Eco qui modérait le débat.

« Quelles énergies utiliserons-nous demain ? Comment développer les énergies renouvelables ? Comment financer cette transition énergétique ? Comment être à la fois plus sobres et plus efficaces ? » Quatre questions dont devaient débattre les Aquitains lors des six débats organisés par leur Conseil. A l’horizon pointé : le réchauffement climatique. Dans la région, la température a augmenté de 1°C au siècle dernier. Des hypothèses feraient état de 4°C les cent années suivantes. A la clef des impacts sur les écosystèmes dont l’homme dépend. « Quand vous voyez ce que une météo capricieuse peut faire sur l’activité touristique ou les cultures maraîchères... Nous sommes très dépendants des variations climatiques » pointa du doigt Walter Bouvais lors de sa présentation de la problématique.

Le premier thème abordé fut celle de la sobriété énergétique. Comment la société et ses citoyens peuvent-ils réduire leur consommation ? « En Aquitaine, c’est le résidentiel qui consomme le plus d’énergie, suivi par le transport, l’industrie, les services et l’agriculture « qui ferme la marche » énonça Walter Bouvais qui invita alors la première intervenante du débat à s’exprimer sur les maisons passives.

Et la jeune femme de l’entreprise Cube Ingénieurs de citer en exemple la construction d’une maison individuelle sur Arcangues. « Un surcoût de construction de 5 à 15%, releva la spécialiste du projet. Avec une dépense de 300 euros par an pour le chauffage et l’eau chaude au lieu de quelque 1000 euros pour une maison neuve de ce type (200 m2)... […] Les maisons passives sont bien en amont des énergies renouvelables. »

La transition énergétique implique citoyens et collectivités

La consommation de viande coûte cher en énergie souligna Walter Bouvais. La sobriété énergétique passera-t-elle aussi par l'abandon de la viande ? ©V.B
La consommation de viande coûte cher en énergie souligna Walter Bouvais. La sobriété énergétique passera-t-elle aussi par l'abandon de la viande ? ©V.B
Maison individuelle ? Mais les logements collectifs ? remarqua l’une des participantes qui promouvait la densification de l’habitat : « les maisons individuelles appellent la densification du trafic routier ! ». Construction neuve ? Mais les logements anciens et leur rénovation ? interrogea un autre auditeur : « l’habitat ne se renouvelle qu’à raison de 1% par an ! ». Un habitat qui concerne tant les particuliers que les collectivités locales. L’occasion pour Martine Bisauta de prendre la parole et de plaider l’engagement des collectivités en la matière : « la Soule par exemple mène un programme sur la réhabilitation des centres bourgs avec une réflexion sur les réseaux de chaleurs et les matériaux utilisés. Ce n’est peut-être pas assez vite ni assez fort, mais en six ans les choses ont bougé sur le territoire. »

Un engagement que Michel Veunac, puis Sylviane Allaux, tinrent à souligner alors qu'ils ouvraient la marche du débat en cette fin d’après-midi : « l’ACbA a depuis 2009 entrepris un travail sur cette question et adopté un plan climat qui au fil des ans a évolué, remarqua en préambule au débat le vice-président de l’ACbA. En cinq ans les choses ont plutôt progressé dans le bon sens : notre bilan carbone Patrimoines et services a baissé de 20 000 à 16 000 tonnes équivalent CO2 par an. » Et Sylviane Allaux de préciser de son côté que le Conseil des élus du Pays Basque s’était emparé du dossier dès 2009 en travaillant sur un plan climat énergie.

A Biarritz, le débat parut être affaire de spécialistes. Elus, représentants associatifs, professionnels... les personnes présentes baignaient visiblement dans la question posée. Si leurs interventions devaient être relayées par la Région Aquitaine au niveau national, il leur reviendra de relayer le débat auprès de leurs concitoyens au Pays Basque. Car les ambitions sont de taille : « réduire les émissions de gaz à effet de serre par quatre (2) d’ici 2050 ! » rappela à juste titre Walter Bouvais.



(1) D'autre débats "labellisés" sont organisés en Aquitaine par les associations ou les collectivités locales

(2) La loi du programme du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique pour la France fixe les objectifs suivants : diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050, réduire en moyenne de 2 % tous les ans, jusqu’en 2015, l’intensité énergétique et produire 20 % des besoins énergétiques français à partir de sources d’énergie renouvelable à l’horizon 2020.


Virginie Bhat




Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016


A télécharger : Sur les chemins du Pays Basque


Vos photos

Indice de la qualité de l'air à Bayonne


Partager votre site


xoriburu.info : Coup d'aile des oiseaux bleus sur le Pays Basque: Un vol, puis deux, puis trois... Ce mardi matin pris par le frima… https://t.co/N2JIMYlHuB
Mercredi 15 Novembre - 09:14
xoriburu.info : Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?: Quelle agriculture dans mon panier... https://t.co/JUOeGjSjGr https://t.co/3NWmfvy78U
Samedi 5 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Le Jardin public est tombé sur un os: Des toiles d'arraignées, des squelettes à deviser... https://t.co/qf8hemZbBt https://t.co/7krcUAiyDj
Mardi 1 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Au chaud les Moineaux: La chaleur tient en tenaille Biarritz et la côte basque. Les... https://t.co/mV5HRJzxIe https://t.co/3AyvSfQIXg
Mercredi 17 Août - 10:14





On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement

Nos diapos ou vidéos
29/03/2016 | 1015 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 90



cookieassistant.com