Eko-société

Manifestation contre l'expérimentation animale à Gannat


Vendredi 18 Janvier 2013


Demain, des dizaines de militants de la protection animale devraient converger vers l’Auvergne. Point de rencontre : Gannat. Ces militants entendent manifester contre les laboratoires Harlan qui élèvent des animaux destinés à l’expérimentation animale. Leur revendication : l'arrêt de la vivisection.




Manifestation contre l'expérimentation animale à Gannat
Après Udine en Italie et le ministère de la recherche à Paris, en septembre dernier, des militants de la protection animale deFrance et d'ailleurs, se sont donnés rendez-vous demain en Auvergne. A Gannat en fait. Ce n’est pas l’église de ce village qu’ils iront visiter. La cible de leur mouvement est bien autre. Ils manifesteront, en silence selon le mot d’ordre, devant le centre d’élevage Harlan qui élève des animaux qui finiront sur la paillasse des laboratoires. Vivants ou morts (organes frais ou congelés).

Cet évènement s’inscrit dans la campagne liée au « No Harlan Groupe » expliquent les deux organisations Les chiens des rues et CCE2A qui ont appelé à cette démonstration à Gannat. Après Gannat, ce sera au tour de Brighton qu’investiront les manifestants en mars prochain. Cette ville britannique abrite le siège social de Harlan qui selon les deux organisateurs possède 18 centres en Europe.

Quand sonnera le glas de l'expérimentation animale ?

Le groupe Harlan n’est pas la seule cible des opposants à l’expérimentation animale. Il en existe bien d’autres qui livrent à la recherche scientifique ses cobayes. Recherche fondamentale, pharmaceutique, médicale, vétérinaire ou industrielle.

Dans l’Union européenne, et donc en France, l’expérimentation animale est encadrée par la loi. Une loi révisée d’ailleurs depuis le 1er janvier de cette année. A cette date, la directive 2012/63/UE du 22 septembre 2010 relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques est applicable, transposée en droit français.

Entre autres révisions, la loi s’étend désormais aux céphalopodes et aux formes fœtales de mammifères à partir du dernier tiers de leur développement. Elle édicte de nouvelles normes de soin et d’hébergement qui devront être appliquées au plus tard le 1er janvier 2017. Selon les espèces utilisées par la recherche, des méthodes d’euthanasie réglementaires sont précisées. La loi prévoit une amélioration de la formation du personnel impliqué dans les centres d’expérimentation... Pour autant ces améliorations de la loi n’ont pas suscité l’enthousiasme débordant des associations de protection animale : la fin de l’expérimentation animale n’est pas encore signée. Les animaux continueront de souffrir.

Les alternatives à l'expérimentation animale patinent

Et pourtant des voix s’élèvent contre la fiabilité des tests sur les animaux. Une souris n’est pas un chien. Encore moins un homme. « Ces tests sur les animaux n’ont même jamais été validés ! » s’exclame Hélène Sarreseca de l’association Antidote Europe qui milite en faveur des méthodes alternatives et substitutives et surtout fiables pour la santé humaine.

Car des méthodes alternatives aux tests sur les animaux existent. Pro Anima et la fondation 30 millions d'amis ont participé à l'élaboration et à l'affinement de valitox, une méthode pouvant se substituer efficacement aux tests sur animaux. Antidote Europe met en avant le test toxicogémonique réalisé sur les cellules. « Animales pour la médecine vétérinaire ou cellules humaines pour la médecine humaine. Mais ce test n’a jamais pu être validé par l’Union européenne. Les autorités scientifiques n’ont pas mis de processus pour valider ce type de méthodes. Il ne faut pas oublier que les méthodes alternatives, pour être validées, doivent l’être par rapport à des tests sur animaux. C’est ubuesque ! »

Dans l’Union européenne, plus de 12 millions d’animaux sont utilisés à l’aune de la recherche scientifique. Parmi lesquelles 80% sont des rongeurs et des lapins, 10% des animaux à sang froid, 6% des oiseaux, 1,4% des chevaux, des ânes, des porcs, des caprins, des ovins et des bovins, 0,8% des carnivores et 0,08% des primates non humains.

Une initiative populaire contre la vivisection a été lancée

La France, La Grande-Bretagne et l’Allemagne sont les trois premiers pays de l’Union européenne qui font appel le plus à l’expérimentation animale. Dans l’Hexagone, la recherche scientifique a utilisé plus de 2,2 millions de cobayes. Un chiffre en baisse de 30% par rapport aux premières statistiques livrées à l’Union européenne en 1990. Le pays abrite quelque 450 centres d’expérimentation, du secteur privé ou public.
Parmi ces 2,2 million d’animaux, 1,5 million ont été des souris, 392 773 des rats, 156 814 des oiseaux, 96 427 des lapins... 4131 chiens et 1848 chats, 652 chevaux ou ânes.

L’expérimentation animale est un sujet souvent tabou dont la société préfère ne pas en entendre trop parler. Alors pour la secouer, les militants manifestent. Demain à Gannat si le temps permet aux bus de partir...

Les associations comme One Voice lancent des labels pour des produits non testés sur des animaux. Les organisations lancent des pétitions ou des initiatives populaires de citoyens européens.

« Une initiative populaire, stopvivisection a été lancée pour interpeller les autorités européennes sur ce sujet, explique Hélène Sarracasi. Si elle est signée par plus d’un million de citoyens européens d’au moins sept pays de l’Union, cette initiative invite la commission européenne à revoir la législation. Nous demandons à la Commission européenne l’abrogation de la nouvelle directive et la présentation d’une nouvelle législation qui visera à mettre un terme à l’expérimentation animale et rendre obligatoire l’utilisation des méthodes alternatives et pertinentes pour la santé humaine. »

Virginie Bhat




Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016


A télécharger : Sur les chemins du Pays Basque


Vos photos

Indice de la qualité de l'air à Bayonne


Partager votre site


xoriburu.info : Coup d'aile des oiseaux bleus sur le Pays Basque: Un vol, puis deux, puis trois... Ce mardi matin pris par le frima… https://t.co/N2JIMYlHuB
Mercredi 15 Novembre - 09:14
xoriburu.info : Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?: Quelle agriculture dans mon panier... https://t.co/JUOeGjSjGr https://t.co/3NWmfvy78U
Samedi 5 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Le Jardin public est tombé sur un os: Des toiles d'arraignées, des squelettes à deviser... https://t.co/qf8hemZbBt https://t.co/7krcUAiyDj
Mardi 1 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Au chaud les Moineaux: La chaleur tient en tenaille Biarritz et la côte basque. Les... https://t.co/mV5HRJzxIe https://t.co/3AyvSfQIXg
Mercredi 17 Août - 10:14





On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement

Nos diapos ou vidéos
29/03/2016 | 1015 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 90



cookieassistant.com