Les animaux de nos mers et rivières

Le thon rouge sur la table des négociations


Mercredi 17 Novembre 2010


Sur les ports du Pays-Basque, les regards se tournent depuis ce matin vers Paris. L'avenir de leur activité va être l'objet d'âpres discussions. Un moratoire sur la pêche au thon rouge de l'Atlantique va-t-il être instauré, comme le demandent les ong ? Des quotas de capture maintenus ? Pour qui ? Quelle part les senneurs de Méditerranée et les canneurs de l'Atlantique auront-ils ? Jusqu'au 27 novembre prochain, les Etats signataires de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique, Iccat, se réunissent pour définir quel avenir ils veulent donner à la conservation de l'espèce... et de sa pêche.




Les derniers pêcheurs à la canne au thon rouge vont-ils disparaître à St Jean de Luz ? Certains de leurs bateaux, tel le Patchiku, ont déjà été inscrits au Patrimoine maritime de France ©xoriburu.info
Les derniers pêcheurs à la canne au thon rouge vont-ils disparaître à St Jean de Luz ? Certains de leurs bateaux, tel le Patchiku, ont déjà été inscrits au Patrimoine maritime de France ©xoriburu.info
Bruno Le Maire, reconduit dans ses fonctions de ministre de l'Agriculture et de la Pêche dans le nouveau gouvernement FIllon, l'a dit à Greenpeace vendredi dernier. La France est favorable à un quota global et annuel de 13 500 tonnes de capture de thon rouge de l'Atlantique. Ni plus ni moins. Et elle défendra cette position lors de la réunion de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT) qui débute aujourd'hui à Paris. Cette réunion se clôturera le 27 novembre prochain.

Le quota de 13500 tonnes permettra à l'espèce de reconstituer 63% de sa population à l'horizon 2022. Ce sont les analyses scientifiques de l'Iccat qui l'ont estimé. Si les Etats intéressés par cette pêche souhaitaient relever à 100% la population du thon rouge, ils devraient accepter de couper la poire en deux et descendre le quota à 6000 tonnes. Voilà qui réduirait les pêcheries de thon rouge à portion congrue. Or le ministre de la pêche est là aussi pour défendre les intérêts de ses pêcheurs, a-t-il répéter lors de la rencontre avec Greenpeace.

Mais qu'est-ce donc que l'Iccat ? Dès 1966, une Convention internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique est adoptée à Rio de Janeiro au Brésil. Dès cette époque, les Etats entendent se préoccuper de l'adéquation entre pêche et conservation des ressources hallieutiques. Ce que l'on appelle aujourd'hui la pêche durable. La Convention entrée en vigueur en 1969 établit que la Commission est la seule organisation des pêches habilitée à réaliser les travaux requis aux fins de l’étude et de la gestion des thonidés et des espèces apparentées dans l’Atlantique. L'Iccat a sous sous giron environ trente espèces marines, dont le thon rouge de l’Atlantique, le listao, l'albacore, le germon et le thon obèse, l'espadon... ou la bonite à dos rayé.

Zoom arrière sur l'histoire contemporaine de cette pêche. Le thon rouge de l'Atlantique, espèce migratrice, fréquente deux zones principales. L'Atlantique Ouest et l'Atlantique Est comprenant la Méditerranée. Dans la zone Atlantique Est, les poissons migrent de la mer Méditerranée où ils fraient vers la façade européenne principalement.
Jusque dans les années 60, les pêcheurs capturent les poissons surtout dans l'Atlantique Est. Les prises officielles totales oscillent alors entre 25 000 et 40 000 tonnes. Puis dans les années 60-65, les pêcheries se tournent vers l'Atlantique Ouest; les palangriers japonais s'y développent. Les captures, toutes zones confondues, baissent alors au-dessous des 20 000 tonnes.

Les années 1970 marquent un tournant. La pêche au thon rouge reprend de la vigueur. Surtout en Méditerranée où les pêcheurs ont troqué madragues contre sennes et palangres. Leurs captures y explosent entre 1980 et 1997. D'autant qu'en 1981 un contingentement de pêche est instauré sur la façade ouest de l'Atlantique. Ce quota tourne autour de 2500 tonnes par an.
Les prises en Méditerranée passent ainsi de près de 15 000 tonnes à un peu plus de 40 000 tonnes. Pour le seul océan Atlantique (Est et Ouest), elles oscillent toujours autour de 10 000 tonnes.



Tous les thons rouges ne finissent pas en sushis. Les pêcheurs du Pays-Basque vendent leurs prises sur leurs marchés locaux.
Tous les thons rouges ne finissent pas en sushis. Les pêcheurs du Pays-Basque vendent leurs prises sur leurs marchés locaux.
En 1996, les captures totales atteindront un pic : 54 000 tonnes. Les thons de Méditerranée en paient le prix fort. Leur pêche répond à une demande de consommation au Japon, celui des sashimis-sushis. Ce marché explose dès les années 1980. Les Japonais sont prêts à surenchérir pour obtenir des thons de qualité. Les cours crèvent tous les plafonds.

La fabrication des sushis et des sashimis demande une certaine qualité de chair de thon. Pour satisfaire les exigences des importateurs japonais, une nouvelle économie va se développer : l'embouche en Méditerranée. Les thons sont capturés vivants et vont être engraissés en captivité. L'activité va s'installer au large de quelques pays méditerranéens : Chypre, Croatie, Espagne, Grèce,, Malte, Sicile, Tunisie et Turquie. Les thons ainsi calibrés en élevage se vendent deux fois plus cher que ceux congelés après avoir été pêchés.

En 1998, devant l'effondrement des populations de poissons, les Etats signataires de l'Iccat décident d'instaurer des quotas de capture (TAC) sur la façade Est de l'Atlantique, Méditerranée comprise. De 32 000 tonnes en 1999, il passera à 25 000 tonnes en 2010. Il sera réparti entre les différents Etats intéressés par cette pêche.

Parmi lesquels l'Union européenne disposera de 14 500 tonnes. La France, l'Espagne et l'Italie se partagent 90% de ce quota européen. En France, les 2022 tonnes se répartissent pour 89% en Méditerranée, 10% pour l'Atlantique et 1% pour les pêcheurs récréatifs des deux zones.

En Méditerranée, les senneurs français disposent de 1699 tonnes, les pêcheurs à la canne ou à la palangre 98 tonnes. Les trois tonnes restantes sont pour les prises accessoires des chalutiers.

Dans l'Atlantique, la plupart des pêcheurs sont à la canne. A l'instar de St-Jean-de-Luz. Une pêche que les associations de protection des océans considèrent durable. A l'encontre des senneurs.

C'est la raison pour laquelle hier, à la veile de l’ouverture de l’Iccat, Greenpeace, le WWF, Pew et Oceana ont appelé, ensemble, à la suspension de la pêche industrielle du thon rouge. dont les stocks ont chuté de 85% en trente ans.

Virginie Bhat

Tags : Océans



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 16:58 Un globicéphale échoué à Bidart


Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016


A télécharger : Sur les chemins du Pays Basque


Vos photos

Indice de la qualité de l'air à Bayonne


Partager votre site


xoriburu.info : Coup d'aile des oiseaux bleus sur le Pays Basque: Un vol, puis deux, puis trois... Ce mardi matin pris par le frima… https://t.co/N2JIMYlHuB
Mercredi 15 Novembre - 09:14
xoriburu.info : Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?: Quelle agriculture dans mon panier... https://t.co/JUOeGjSjGr https://t.co/3NWmfvy78U
Samedi 5 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Le Jardin public est tombé sur un os: Des toiles d'arraignées, des squelettes à deviser... https://t.co/qf8hemZbBt https://t.co/7krcUAiyDj
Mardi 1 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Au chaud les Moineaux: La chaleur tient en tenaille Biarritz et la côte basque. Les... https://t.co/mV5HRJzxIe https://t.co/3AyvSfQIXg
Mercredi 17 Août - 10:14





On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement

Nos diapos ou vidéos
29/03/2016 | 1015 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 90



cookieassistant.com