Les animaux de nos maisons

Le refuge de la Côte Basque ne déménage plus


Lundi 15 Octobre 2012


Quelques jours après le Biltzar des animaux à Sare, l’Association de protection des animaux de St Jean de Luz a tenu son assemblée générale. En dépit des orages qui assombrissaient la baie, une quarantaine de personnes avaient fait le déplacement.




Sur les 180 chats arrivés en fourrière l'an dernier, à peine cinq ont été récupérés par leurs propriétaires. Entre autres causes : l'absence d'identification en dépit de son obligation ©V.B
Sur les 180 chats arrivés en fourrière l'an dernier, à peine cinq ont été récupérés par leurs propriétaires. Entre autres causes : l'absence d'identification en dépit de son obligation ©V.B
« Les locaux ont vingt et un ans. Ils tiennent encore la route; mais en vingt et un ans, les protocoles sanitaires ont changé. Ainsi ils demandent que les fourrières possèdent leurs propres infirmeries : l’une pour les chiens, la seconde pour les chats. Même chose pour le refuge : une infirmerie canine, une féline. Et il faut prévoir une salle de soins pour que le vétérinaire puisse exercer son activité : soins aux animaux, vaccinations... » a expliqué à ses interlocuteurs Alice Aussant, présidente de l’Association protectrice des animaux de St Jean de Luz qui gère le chenil intercommunal (1). Jeudi dernier, l'association a tenu son assemblée générale à Saint Jean de Luz devant une quarantaine d'adhérents.

Le refuge de la Côte basque ne déménagera pas à Saint Pée sur Nivelle

L'association a tissé des liens étroits avec la Communauté de communes Sud Pays Basque et les douze vétérinaires qui soignent, à tour de rôle, les animaux du refuge. L'ong avait donc invité leurs représentants lors de son assemblée générale ©V.B
L'association a tissé des liens étroits avec la Communauté de communes Sud Pays Basque et les douze vétérinaires qui soignent, à tour de rôle, les animaux du refuge. L'ong avait donc invité leurs représentants lors de son assemblée générale ©V.B
Le terrain sur lequel est construit le refuge appartient à la commune de St Jean de Luz. C’est en 1983 que l'association est créé et en 1991 que le refuge voit le jour. A l’initiative de messieurs Sauvé et Labarry, aujourd’hui présidents d’honneur de l’association. Le refuge est d’abord fait de bric et de broc. Mais au moins les animaux errants ont un toit ! En 1991, le premier chenil est enfin construit. C’est le Syndicat intercommunal de la côte basque pour la création d’un chenil qui en assure le financement. Les murs resteront sa propriété. La gestion du chenil intercommunal est alors confiée à l’Association protectrice des animaux de Saint Jean de Luz.

En 2005, la communauté de communes Sud Pays Basque reprend à sa charge la compétence du Syndicat. Les locaux du refuge de la côte basque lui appartiennent désormais. Si à sa création, seule la campagne cernait le refuge, aujourd’hui l’urbanisation a couru jusqu’à lui. Son déménagement a plusieurs fois été évoqué ; des lieux suggérés. Le dernier en date était à Saint Pée sur Nivelle où la commune proposait de l’accueillir près du centre d’enfouissement de Zaluaga.

« Mais pour des raisons d’arbitrage, St Pée sur Nivelle a retiré son offre » a résumé Xavier Aspord, directeur des services généraux de la communauté de communes Sud Pays Basque. Nous travaillons aujourd’hui sur des travaux d’aménagement sur le site actuel. Entre autres, moderniser l’assainissement pour que la structure réponde aux normes actuelles. »Voilà qui met un point final à l’Arlésienne qu’était devenu un déménagement futur.

L'association lance un appel aux bénévoles

130 chiens ont été adoptés l'an dernier ©V.B
130 chiens ont été adoptés l'an dernier ©V.B
Six tonnes de litière, 7 tonnes de croquettes... L’an dernier, le refuge a tourné à plein régime. « 270 chiens et 180 chats parmi lesquels cinq à peine ont été récupérés par leurs maîtres ! 130 chiens et 140 chats ont été adoptés » ont souligné les responsables du refuge. Ces derniers fustigent l’absence d’identification des animaux domestiques en France. Pourtant depuis cette année, cette identification(2) est obligatoire tant pour les chiens que pour les chats.

« Nous travaillons avec douze vétérinaires qui assurent une rotation mensuelle, a poursuivi la présidente alors que l’assemblée générale(3) s’achevait. Et chaque semaine le praticien se rend au refuge. Des bénévoles viennent au refuge pour promener les chiens ; nous avons besoin d’eux pour le bien-être des animaux : nous leur lançons donc un appel. »

L’équipe élue en 2011 a réaffirmé à ses adhérents qu’elle maintiendrait le cap pris à son arrivée : « Nous continuerons à nous impliquer dans la cause animale. »



(1) L'Association a trois activités complémentaires. Elle gère la fourrière, service d'utilité publique, pour la Communauté de communes Sud Pays Basque qui lui verse une contrepartie financière. Outre cette délégation, l'ong dispose d'un refuge pour placer les chiens et les chats abandonnés (provenant de la fourrière ou d'abandons directs au refuge). Enfin elle propose de prendre des chiens et des chats en pension.

(2) L’identification des chats était jusqu’en 2012 obligatoire que lors d’une cession, vente ou don. Depuis le 1er janvier de cette année, elle l’est pour tous les chats après l’âge de sept mois, même ceux qui restent dans les maisons où ils sont nés.

(3) Lors de cette assemblée générale, les adhérents ont approuvé le bilan de l’association présenté par le trésorier et reconduit le conseil d’administration dans ses missions.


Virginie Bhat




Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016


A télécharger : Sur les chemins du Pays Basque


Vos photos

Indice de la qualité de l'air à Bayonne


Partager votre site


xoriburu.info : Coup d'aile des oiseaux bleus sur le Pays Basque: Un vol, puis deux, puis trois... Ce mardi matin pris par le frima… https://t.co/N2JIMYlHuB
Mercredi 15 Novembre - 09:14
xoriburu.info : Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?: Quelle agriculture dans mon panier... https://t.co/JUOeGjSjGr https://t.co/3NWmfvy78U
Samedi 5 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Le Jardin public est tombé sur un os: Des toiles d'arraignées, des squelettes à deviser... https://t.co/qf8hemZbBt https://t.co/7krcUAiyDj
Mardi 1 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Au chaud les Moineaux: La chaleur tient en tenaille Biarritz et la côte basque. Les... https://t.co/mV5HRJzxIe https://t.co/3AyvSfQIXg
Mercredi 17 Août - 10:14





On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement

Nos diapos ou vidéos
29/03/2016 | 1015 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 90



cookieassistant.com