Les animaux de nos maisons

Le chat, une espèce non grata dans les îles


Lundi 10 Octobre 2011


Voilà une nouvelle qui va faire bondir les amoureux des chats. Selon une étude menée par le Conseil supérieur de recherches scientifiques espagnol, les chats domestiques retournés à l'état sauvage ont contribué à l’extinction de 14% des vertébrés des îles. Les experts recommandent leur éradication dans les îles d’une superficie inférieure à 200 kilomètres carrés. Pas moins.




Les chats sont des espèces invasives pour certains territoires
Les chats sont des espèces invasives pour certains territoires
Les chats domestiques habitent aujourd’hui la plupart des îles du monde. Chats de maison, de jardins ou de rues. Familiers ou retournés à la vie sauvage. Et ce sont les hommes qui les y ont amenés. Voilà plus de cinq siècles, les Européens se lancent à la conquête du monde. Dans leurs bateaux qui sillonnent les mers et les océans, des rats. Lorsque les hommes débarquent des navires, les rats suivent leurs pas. Lorsque les hommes y développent les cultures, les rongeurs mordent à pleines dents les grains de leurs greniers Aussi pour lutter contre les rats, les hommes appellent les chats. Ou plutôt les débarquent sur les îles pour chasser les rongeurs et sauver leurs récoltes...

Pendant cinq siècles, les chats ont donc fait leur boulot. Le boulot qu’on leur demandait. Jusqu’aux années 1970 où les hommes se sont rendus compte que la biodiversité insulaire était précieuse. Propre à chaque île parfois. Et menacée. Que les chats, outre les rats, se sont attaqués à la faune endémique pour se nourrir. Comme les rats d’ailleurs sur certaines îles. Mais ceci est un autre sujet.

Les scientifiques ont donc voulu préciser l’impact des félins sur les vertébrés insulaires. Ils ont donc passé au crible 229 cas dans 120 îles dans le monde. Selon leurs conclusions, les chats ont contribué à l’extinction de 16 espèces de vertébrés et constituent une menace pour 128 autres espèces indexées dans la liste rouge de la Conservation mondiale pour la nature (UICN). Dans les îles, les espèces menacées ne peuvent échapper aux griffes félines. A L’encontre de celles des continents qui peuvent se déplacer vers d’autres territoires et bénéficient de plusieurs populations éparses.

Selon l’étude, les régions insulaires les plus affectées historiquement par l’action des chats domestiques sont les Galápagos, Hawaï, plusieurs îles des Caraïbes et les Canaries. Ainsi les lézards géants endémiques de La Gomera et El Hierro, listés en danger critique par l’Uicn « n’habitent plus que certaines falaises où les chats peuvent avoir difficilement accès » explique le chercheur Manuel Nogales du CSRS dans un communiqué. Et l’étude de pointer du doigt quelques cas d’extinctions où le chat joua même un rôle majeur : celle du xénique de Stephens en Nouvelle-Zélande, un passereau qui ne savait pas voler. Ou celle de la tourterelle de Socorro, endémique de certaines îles mexicaines. Ces oiseaux n’existent plus qu’en captivité.

Pour l’heure, certaines îles de plus de cent kilomètres carrés projettent d’éradiquer toutes les espèces invasives de leur territoire, explique l’étude. Chats, rats, souris et lapins sont donc mis au pilori. Certaines îles l’ont déjà réalisé avec succès. Selon, Manuel Nogales, on doit considérer l’élimination des chats domestiques retournés à l’état sauvage comme celle de n’importe quelle autre espèce invasive. La conservation de nombreuses espèces endémiques insulaires est en jeu, estime-t-il. Sur les îles plus grandes de 200 Km2, il faut gérer les populations félines.

Virginie Bhat




Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016


A télécharger : Sur les chemins du Pays Basque


Vos photos

Indice de la qualité de l'air à Bayonne


Partager votre site


xoriburu.info : Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?: Quelle agriculture dans mon panier... https://t.co/JUOeGjSjGr https://t.co/3NWmfvy78U
Samedi 5 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Le Jardin public est tombé sur un os: Des toiles d'arraignées, des squelettes à deviser... https://t.co/qf8hemZbBt https://t.co/7krcUAiyDj
Mardi 1 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Au chaud les Moineaux: La chaleur tient en tenaille Biarritz et la côte basque. Les... https://t.co/mV5HRJzxIe https://t.co/3AyvSfQIXg
Mercredi 17 Août - 10:14
xoriburu.info : Des hirondelles survolent le lac Mouriscot: Chaque année, en avril, une colonie... https://t.co/XrxEkROmvw https://t.co/RUoCsVUAB4
Lundi 11 Avril - 10:16





On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement

Nos diapos ou vidéos
29/03/2016 | 958 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 90



cookieassistant.com