Eko-société

La fin des sacs en plastique ?


Vendredi 15 Novembre 2013


On avait pris l'habitude de les consommer sans modération ces sacs plastique ultra fins. Une seule fois et hop poubelle. Il va falloir abandonner ces mauvaises habitudes car ces sacs jetés dans l'environnement le détruisent. Alors que l'Union européenne veut réduire leur utilisation, Surfrider remet aujourd'hui une pétition pour demander la fin pure et simple de leur emploi.




L'union européenne consomme quelque 98 millards de sacs plastique à utilisation unique ©V.B.
L'union européenne consomme quelque 98 millards de sacs plastique à utilisation unique ©V.B.
Les mains dans les poches, les familles partaient faire leur marché. Elles avaient laissé aux oubliettes les paniers en osier de leurs grands-parents. Et pendant des décennies, elles ont ramené leurs courses dans des sacs en plastique ultra fins à poignées. Et hop poubelle car les sacs se déchiraient, inutilisables. Des sacs à utilisation unique en fait. C’est ainsi qu’on les appelle aujourd’hui. Mais cette époque pourrait bientôt être révolue ; et les nouvelles générations de revenir aux paniers de leurs aïeux ?

Ces sacs sont désormais plastiques non grata parce qu’ils polluent la planète, jonchent les mers et les océans, s’accrochent aux branches des arbres par grand vent, étouffent les tortues de mer qui les prennent pour des méduses, les estomacs des vaches indiennes.... En mer du Nord, l’estomac de 94% des oiseaux contient du plastique. Les tortues vertes, les marsouins et nombreuses autres espèces en danger en absorbent.

Les sacs plastiques se décomposent en fines particules toxiques

En mer du Nord, l’estomac de 94% des oiseaux contient du plastique ©V.B.
En mer du Nord, l’estomac de 94% des oiseaux contient du plastique ©V.B.
En 2010 les citoyens européens ont consommé quelque 98,6 milliards de sacs en plastique à poignée ! Ou à utilisation unique. Soit pour chacun d’entre nous 198 sacs par an. Or 10% de ces sacs terminent leur course dans la nature. Et là, ils commencent un autre cycle de vie : celui de la pollution. En plastique, ils mettront des années et des années, en fait des siècles, à se décomposer en fines particules qui empoissonnent l’environnement. Et finalement l’homme, dernier maillon de la chaine alimentaire qui les accumule dans son organisme.

Eclairée de ce désastre écologique, l’Union européenne veut désormais inciter les citoyens européens à changer leurs mœurs et laisser tomber ces sacs pour d’autres. Des sacs biodégradables ou à multi-usages. D’autant que pour les produire, les industriels utilisent de l’énergie et des matières premières qui pourraient être utilisées à meilleur escient.

Pour autant, pas question pour l’Union de se monter coercitive. La Commission qui planche sur le sujet veut engager les Etats à réduire leur consommation. Elle craint d’autant moins une levée de boucliers que l’industrie européenne ne serait pas trop touchée. 70% des sacs à utilisation unique sont importés, principalement d’Asie. Même si l’Union européenne ne connaît pas le taux exact pour les sacs les plus légers (concernées par la bataille), elle estime qu’il est encore plus élevé. En Europe, les fabricants se sont déjà dirigés vers d’autres productions plus valorisées et rentables, celles de sacs en plastique multi-usages entre autres.

La Commission européenne veut réduire l'utilisation des sacs plastique à utilisation unique

8 milliards de sacs plastique finissent leur course dans la nature ©V.B.
8 milliards de sacs plastique finissent leur course dans la nature ©V.B.
C’est pourquoi le 4 novembre dernier, la Commission a adopté une proposition qui imposerait aux Etats membres de réduire l’utilisation de ces sacs en plastique légers à poignées. Les États pourront choisir les mesures qu’ils jugent les plus appropriées, y compris des mesures de tarification, des objectifs de réduction à l'échelle nationale ou une interdiction sous certaines conditions. Cette réduction entrerait dans le cadre d’une modification de la directive 94/62/CE relative aux emballages et aux déchets d’emballages

«Nous prenons des mesures pour résoudre un problème environnemental très grave et d’une grande visibilité. Chaque année, en Europe, plus de 8 milliards de sacs en plastique finissent en déchets sauvages, entraînant des dommages considérables pour l'environnement. Certains États membres ont déjà obtenu d’excellents résultats en termes de réduction de leur utilisation de sacs en plastique. Si leur exemple était suivi par d'autres, nous pourrions réduire d'au moins 80 % la consommation globale actuelle dans l’Union européenne » a déclaré le 3 novembre dernier en proposant le projet Janez Potočnik, membre de la Commission européenne chargé de l'environnement.

En France les sacs plastique ultra fins seront taxés d'environ 6 centimes dès 2014

Surfrider qui organise les Initiatives océanes demande la fin pure et simple des sacs en plastique ©V.B.
Surfrider qui organise les Initiatives océanes demande la fin pure et simple des sacs en plastique ©V.B.
Certains pays membres de l’Union européenne ont d’ores et déjà pris des mesures. Avec des résultats plus ou moins concluants. La consommation varie fortement selon les États membres, avec une utilisation annuelle par habitant de sacs en plastique légers à poignées comprise, selon les estimations, entre 4 sacs au Danemark et en Finlande et 466 sacs en Pologne, au Portugal et en Slovaquie.

La France s’est attaqué au problème voilà quelques années. D’abord plusieurs grandes surfaces ont ces dernières années retiré ces sacs de leurs magasins et proposent à leurs clients d’acheter des poches plus costauds, échangeables et réutisables. A la clef, une consommation de ces sacs en plastique légers à poignées qui a chuté de 15 milliards d'unités en 2003 à environ 800 millions en 2010. Mais le pays peut mieux faire. Il a donc décidé au 1er janvier 2014 de les taxer. Environ de 6 centimes chaque sac.

Les associations de protection de la nature veulent aller plus loin. Et dès à présent. Même si elles se réjouissent que l’Union européenne ait fait ce premier pas, elles militent en faveur d’une interdiction globale. Surfrider a lancé une pétition en ce sens. L’ong a jusqu’à présent réuni plus de 20 000 signatures qu’elle remet aujourd'hui 15 novembre, à Bruxelles, à Janez Potocñik à l’occasion de la semaine de réduction des déchets.

Virginie Bhat




Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016


A télécharger : Sur les chemins du Pays Basque


Vos photos

Indice de la qualité de l'air à Bayonne


Partager votre site


xoriburu.info : Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?: Quelle agriculture dans mon panier... https://t.co/JUOeGjSjGr https://t.co/3NWmfvy78U
Samedi 5 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Le Jardin public est tombé sur un os: Des toiles d'arraignées, des squelettes à deviser... https://t.co/qf8hemZbBt https://t.co/7krcUAiyDj
Mardi 1 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Au chaud les Moineaux: La chaleur tient en tenaille Biarritz et la côte basque. Les... https://t.co/mV5HRJzxIe https://t.co/3AyvSfQIXg
Mercredi 17 Août - 10:14
xoriburu.info : Des hirondelles survolent le lac Mouriscot: Chaque année, en avril, une colonie... https://t.co/XrxEkROmvw https://t.co/RUoCsVUAB4
Lundi 11 Avril - 10:16





On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement

Nos diapos ou vidéos
29/03/2016 | 964 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 90



cookieassistant.com