Ecosystèmes

Il y a de l’électricité dans l’eau !


Dimanche 24 Avril 2011


Ibai Eerrekak entend promouvoir la production d’électricité des vieux moulins du Pays Basque intérieur. Elle rappelle les atouts de ces micro-centrales: production non polluante d’énergie, création de ressources pour des jeunes, agriculteurs notamment, préservation du patrimoine, et respect strict de l’environnement.




La chaussée du moulin d'Uhagen sur la Joyeuse
La chaussée du moulin d'Uhagen sur la Joyeuse
Alors qu’il y a de l’électricité dans l’air avec Fukushima et les augmentations programmées du prix de l’énergie, l’association Ibai Errekak vient de rappeler judicieusement aux autorités, qu’il y a de l’électricité dans l’eau. Cette structure basque, qui n’a rien de rétrograde puisque l’Ecole Supérieure des Technologies Avancées de Bidart en est membre fondateur, a lancé depuis plusieurs années une vaste campagne visant à réhabiliter les moulins, fournisseurs naturels de l’électricité la plus propre que l’on puisse imaginer. Car au 19ème siècle, il y avait 3000 « errota », des roues, ou « tournants » au Pays asque. Qui actionnaient non seulement des meules, mais aussi des fouloirs, des scies, des petits ateliers de mécanique avant l’arrivée des turbines et la reconversion de certains moulins dans l’hydroélectricité.

Aujourd’hui, alors que la plupart des moulins sont tombés en désuétude, l’opération « renouveau » s’organise. Depuis un bon moment avec Ardatza-Arroudet, l’association des amis des moulins du Pays Basque et du Béarn, chère à Argitxu Noblia, qui a reçu au fil des années les renforts de Hemen, Ekhigeo (promotion des énergies renouvelables en Soule, UISBA (Union des ingénieurs et des scientifiques du bassin de l’Adour), ECTI (Echanges et conseils techniques international) et l’ESTIA, tous maintenant regroupés au sein d’Ibai Errekak, présidée par le docteur Marie Christine Lagrange qui a déposé un beau projet de micro-centrale pour son moulin de Gameta à Tardets. Une production évaluée à 130 KWh environ, susceptible de satisfaire les besoins énergétiques d’un vaste domaine et même d’en revendre sur le réseau.

Claire Noblia, propriétaire du moulin d’Uhagun à Ayherre, a elle aussi déposé un dossier pour la vénérable roue à eau, qui fonctionnait bien avant la Révolution comme en témoignent les recueils d’histoire les plus sérieux. Sa production se limiterait à 30 KWh, ce qui satisferait l’appétit électrique de l’habitation et de ses dépendances, avec même un peu de bonus. La Joyeuse, qui alimente Uhagun, n’est pas un grand fleuve, mais son débit est suffisant pour alimenter une micro-centrale toute l’année.
A côté de ces deux exemples précis de projets qui s’appuient sur des études pointues, il convient de rappeler qu’il existe déjà des micro-centrales qui fonctionnent en Pays Basque intérieur. Notamment dans le secteur Banca-Aldudes-Saint Etienne de Baigorri où une quinzaine d’installations sont en place. Dans sa partie montagneuse, la Nive coule généreusement, et à Banca, M. Harignordoquy, qui fait partie d’Ibai Errekak, peut apporter le témoignage de sa propre centrale hydroélectrique !

Lors de sa conférence de presse, Ibai Errekak interpelle les autorités de l'Etat ©xoriburu.info/D.D
Lors de sa conférence de presse, Ibai Errekak interpelle les autorités de l'Etat ©xoriburu.info/D.D
Lors de son dernier point de presse, le conseil d’administration d’Ibai Errekak a rappelé la légitimité de ses objectifs et envoyé un message clair aux autorités de l’Etat (la sous-préfecture en l’occurrence) pour faire avancer les choses. L’association étale ses cartes sur la table et estime avoir les atouts : production non polluante d’énergie, création de ressources pour des jeunes, agriculteurs notamment, préservation du patrimoine, et respect strict de l’environnement, auquel les micro-centrales rendent service. « Les passes à poissons fonctionnent bien, les retenues d’eau constituent des frayères naturelles, et les grilles des moulins retiennent des déchets flottants que le « meunier » emmène à la décharge, protégeant du même coup l’aval » explique Marie Christine Lagrange.

Claire Noblia va plus loin : « Les moulins ont toujours eu un rôle régulateur qui protège des inondations et de la pollution. Si on veut que l’océan soit propre, il faut savoir soigner les rivières ».

Et c’est justement à propos du soin des rivières qu’il y a un problème avec l’Etat. Les deux requêtes d’Ibai Errekak auprès de la sous-préfecture sont : 1, accorder au plus vite l’autorisation de réhabilitation à trois porteurs de projets, 2, le classement des cours d’eau du Pays Basque « arbitrairement décidé par les instances paloises et toulousaines dans l’ignorance des desiderata justifiés des collectivités riveraines ». Ibai Errekak souhaite que le Conseil de Développement soit choisi pour les arbitrages, comme cela a été fait dans un passé récent pour la montagne basque.

Daniel Deluz




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Avril 2016 - 16:45 Carpe Diem, le monstre de la Nive

Vendredi 5 Février 2016 - 15:11 Un petit air de printemps sur Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016


A télécharger : Sur les chemins du Pays Basque


Vos photos

Indice de la qualité de l'air à Bayonne


Partager votre site


xoriburu.info : Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?: Quelle agriculture dans mon panier... https://t.co/JUOeGjSjGr https://t.co/3NWmfvy78U
Samedi 5 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Le Jardin public est tombé sur un os: Des toiles d'arraignées, des squelettes à deviser... https://t.co/qf8hemZbBt https://t.co/7krcUAiyDj
Mardi 1 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Au chaud les Moineaux: La chaleur tient en tenaille Biarritz et la côte basque. Les... https://t.co/mV5HRJzxIe https://t.co/3AyvSfQIXg
Mercredi 17 Août - 10:14
xoriburu.info : Des hirondelles survolent le lac Mouriscot: Chaque année, en avril, une colonie... https://t.co/XrxEkROmvw https://t.co/RUoCsVUAB4
Lundi 11 Avril - 10:16





On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement

Nos diapos ou vidéos
29/03/2016 | 822 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 90



cookieassistant.com