Les animaux de nos mers et rivières

Hommes ou requins : qui sont les prédateurs ?


Jeudi 19 Septembre 2013


Les requins ont encore tué cette année dans les eaux de l'île de la Réunion. Pour les uns, les squales sont devenus l'ennemi qu'il faut terrasser. Pour les autres, des espèces qu'il faut protéger. Requins : de quel côté sont les prédateurs ? Mardi soir, Patrick Masse, réalisateur de documentaires sous-marins a tenu une conférence à la Cité de l'océan à Biarritz.




Il existe environ 450 espèces de requins qui sillonnent les mers et les océans ©V.B
Il existe environ 450 espèces de requins qui sillonnent les mers et les océans ©V.B
« Combien de temps vivent les requins ? » interroge le jeune garçon qui a saisi le micro d’une main affirmée. L’auditorium de la Cité de l’océan a quasiment fait le plein mardi soir. Quelques enfants et des adultes, séduits par le titre choc de la conférence : Les requins : de quel côté sont les prédateurs ? D’emblée, le conférencier, Patrick Masse, a affiché son parti pris pour la protection de ces espèces. Dans ses propos et sur son polo estampillé du logo de l’association Requins en périls.

Le requin est un formidable prédateur

Patric Masse, réalisateur de documentaire sous-marins a créé une association en faveur de la protection des requins ©V.B.
Patric Masse, réalisateur de documentaire sous-marins a créé une association en faveur de la protection des requins ©V.B.
Patrick Masse n’est pas un scientifique, mais plutôt un comportementaliste des requins, comme il se définira lui-même en préambule à sa conférence. C’est sur le terrain, ou plutôt dans l’eau, qu’il a pu observer les us et coutumes de ces grands poissons, certains derniers maillons de la chaîne alimentaire des mers et des océans. Caméra au poing et palmes aux pieds. L’homme, co-fondateur de Scuba-Production, est réalisateur de documentaires sous-marins. C’est d’ailleurs l’un de ses courts métrages, Requiem pour un géant, qui ouvrira son exposé sur les squales. Impressionnante rencontre entre le grand requin blanc et trois plongeurs, hors cage, à quelques encablures de l’île de Guadalupe au large de la côte ouest du Mexique.

Requin blanc, ennemi public numéro 1 dans Les dents de la mer, requin baleine et requin pèlerin, les deux plus grands poissons des océans qui ne se nourrissent que de plancton, requin bouledogue qui défraie la chronique dans les eaux de La Réunion, squalelet féroce qui taille des rondelles de chair dans les grands animaux marins... Le requin est multiple ; le nom générique regroupe près de 450 espèces qui sillonnent les mers et les océans de la terre. « Le requin est apparu il y a 400 millions d’années, mais il n’a pas évolué depuis 45 millions d’années » a précisé Patrick Masse qui, au fil de ses propos, a levé quelques voiles sur les requins.

Pourquoi évoluer quand la nature les a si bien pourvus. Oui le requin est un formidable prédateur, et « Je ne vais pas m'élever contre ça » a déclaré devant son auditoire le conférencier qui a créé Requins en péril voilà un an. Le poisson a toutes les armes de la prédation. L’odorat extrêmement sensible, l’ouïe, la thermo détection et l’électro réception, deux sens développés par deux organes appelés lentilles (ou ampoules) de Lorenzini qui détectent les variation de température et les champs électriques de faible intensité. Sans parler de la détection de variation de pression portée par des cellules de sa peau le long de ses flancs et enfin sa vue.

«Certaines espèces de requins ont une membrane nictitante qui se baisse sur l’œil au moment de la prédation, a commenté le réalisateur. D’autres retournent l’œil dans leur globe. Une façon de protéger leurs yeux d'une réaction violente de leurs proies.

Les requins ne sont pas inoffensifs, mais ils ne dévorent pas les hommes

Les requins, ici au musée de la Mer de Biarritz, sont des prédateurs ©V.B.
Les requins, ici au musée de la Mer de Biarritz, sont des prédateurs ©V.B.
La vue, ce serait là justement l’un des points faibles de ces espèces qui pourraient les amener à confondre leurs proies et les humains. Une explication des accidents mortels dans les eaux de l’île de la Réunion ? Une hypothèse que la science doit encore explorer. « On ne connaît pas grand chose des requins en dehors de l’aspect physique et biologique » a précisé Françoise Pautrizel, directrice de Biarritz Océan, présente lors de cette conférence.

Un programme scientifique appelé Charc a justement été lancé en 2012. Financé par l’Europe (FEDER), la Région Réunion et l’Etat (DEAL), Charc qui a pour but d’établir un état initial des connaissances sur l’écologie et de l’habitat des deux espèces de Requins Côtiers sur la côte Ouest de La Réunion : le requin tigre (Galeacerdo cuvier ) et le requin bouledogue (Carcharhinus leucas ). « Je ne m’aventurerai pas à expliquer les raisons de ces drames, a relevé Patrick Masse. Attendons que les scientifiques aient terminé leurs études. » Quant à l'attaque d'un squale sur un labrador, on a chassé le requins avec des chiens comme appâts a rétorqué le réalisateur.

Patrick Masse n’a pas nié les attaques sur des êtres humains. Les activités humaines se sont développées sur les océans et les mers ; les opportunités de rencontre avec les squales sont donc plus fréquentes. « Mais depuis dix ans, on en a recensé une cinquantaine chaque année. Et il n’y a pas eu de recrudescence. Si nous avions été des proies pour ces espèces, nous n’aurions jamais appris à nager ! » Et le réalisateur d’égrainer les accidents avec d’autres espèces, terrestres celles-ci : 200 avec des hippopotames, 600 avec des éléphants, 800 000 avec des alligators... »

Les requins ne sont pas inoffensifs, a précisé le réalisateur. Ces poissons sont bien armés pour tuer leurs proies. Des sens développés, des dents qui, si elles tombent, se renouvellent... « Pour autant ils ne dévorent pas les humains. Ils ont des morsures exploratrices » devant des êtres vivants qu’ils ne connaissent pas.

La pêche aux ailerons de requins décime les populations de ces grands poissons

Le musée de la Mer organise une exposition sur les requins  ©V.B.
Le musée de la Mer organise une exposition sur les requins ©V.B.
Les requins sont des prédateurs qui se nourrissent d’animaux morts et de proies qu’ils chassent. S’ils ne sont pas des prédateurs de l’espèce humaine, l’homme serait-il un prédateur pour les requins ? En fait depuis les années 1980, les requins sont des victimes collatérales du boom économique de la Chine. Il a toujours existé une pêche de subsistance aux requins. Mais depuis plus de trente ans, leurs espèces sont victimes d’une surpêche pour leurs seuls ailerons. Des ailerons qui serviront à préparer une soupe, mets de choix depuis la dynastie Ming (XIVe – XVIIe)

« Les familles qui accèdent aux nouvelles richesses veulent offrir des soupes aux ailerons de requins, a souligné Patrick Masse. Pour répondre à leur demande, une pêche industrielle s’est développée. » Une pêche qui garde souvent à bord les ailerons et rejette les corps vivants des requins dans les mers. Cette pratique est désormais interdite dans l’Union européenne.

Mais cette pêche industrielle décime les populations de requins. Au point qu’aujourd’hui l’Union mondiale pour la conservation de la nature estime que 150 espèces sur les 450 sont menacées d’extinction à l’état sauvage. Or seuls huit requins sont inscrits à l’annexe II de la Cites, Convention internationale sur le commerce des espèces. Et parmi les trois premiers pays pêcheurs de requins, l’Espagne.

« Ca se passe chez nous, a assené le conférencier. Là-bas, ils mangent des ailerons. Ici nous pêchons. » Raisons de plus pour se sentir concerner par la question ! C’est la raison pour laquelle le réalisateur a créé Requins en péril. Et par ses témoignages, films et photos de sensibiliser les consommateurs à la protection des requins.



Virginie Bhat




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 16:58 Un globicéphale échoué à Bidart


Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016


A télécharger : Sur les chemins du Pays Basque


Vos photos

Indice de la qualité de l'air à Bayonne


Partager votre site


xoriburu.info : Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?: Quelle agriculture dans mon panier... https://t.co/JUOeGjSjGr https://t.co/3NWmfvy78U
Samedi 5 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Le Jardin public est tombé sur un os: Des toiles d'arraignées, des squelettes à deviser... https://t.co/qf8hemZbBt https://t.co/7krcUAiyDj
Mardi 1 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Au chaud les Moineaux: La chaleur tient en tenaille Biarritz et la côte basque. Les... https://t.co/mV5HRJzxIe https://t.co/3AyvSfQIXg
Mercredi 17 Août - 10:14
xoriburu.info : Des hirondelles survolent le lac Mouriscot: Chaque année, en avril, une colonie... https://t.co/XrxEkROmvw https://t.co/RUoCsVUAB4
Lundi 11 Avril - 10:16





On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement

Nos diapos ou vidéos
29/03/2016 | 895 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 90



cookieassistant.com