Les animaux de nos mers et rivières

Elle court, elle court l’écrevisse de Louisiane (1/2)


Mardi 2 Juillet 2013


Rouge et dodue, les pinces acérées, l'écrevisse de Louisiane déambule désormais dans les lits de certains cours d'eau du Pays Basque. Si l'espèce met en joie les pêcheurs en herbe, elle inquiète les spécialistes : elle dévore tout sur son passage. Retour sur sa fulgurante invasion.




L'écrevisse de Louisiane déambule jusque dans le lit du Lamoulie, ruisseau entre Biarritz et Bidart ©V.B
L'écrevisse de Louisiane déambule jusque dans le lit du Lamoulie, ruisseau entre Biarritz et Bidart ©V.B
Après le déluge et ses crues, les eaux s’écoulent tranquillement dans le lit du Lamoulie entre Biarritz et Bidart. Au dessus d’elle, un adolescent, une épuisette à la main. « Vous pêchez » demande un passant. « Oui l’écrevisse répond le jeune homme. Nous en avons déjà attrapé deux ! ». Et l’une de ses compagnes de délier la bourse où les deux écrevisses ont été mises. Rouges et dodues, les pinces aux aguets à saisir l’ennemi.

En vingt ans, l'écrevisse de Louisiane conquiert 61 départements français

Une seule écrevisse de Louisiane peut parcourir trois kilomètres en une journée ©V.B.
Une seule écrevisse de Louisiane peut parcourir trois kilomètres en une journée ©V.B.
Elle court elle court l’écrevisse de Louisiane dans les eaux de France. Elle les aime ces eaux dont elle n’est pas native. C’est dans les années 1970 que ce crustacé décapode y fait ses premiers pas. L’écrevisse de Louisiane puise ses origines au Mexique et dans le sud est des Etats-Unis. Là, les hommes l’élèvent qui les consomment. Si réputée qu’en 1973 l’Espagne devient le premier pays européen qui en fera sujet d’aquaculture. Puis en France deux ans plus tard où des tentatives d’élevage naissent. Sans doute, certains propriétaires de plans d’eau en lâchent-ils certains individus, éléments décoratifs de jardin.

Mais l’espèce ne s’est pas contentée des lieux où elle était détenue. Elle s’en est échappée. Quand l’homme ne s’en est pas débarrassée ni vu ni connu dans un quelconque cours d’eau. Et au fil du temps, de ses évasions et des courants, elle s’installe. Durablement. En 1977, 1990, 1995, 2001 et 2006, le Conseil supérieur de la pêche réalise cinq enquêtes nationales sur les écrevisses. Si la première année, la carte géographique de France est vierge de toute présence de l’écrevisse de Louisiane, trois ans plus tard, en 1990, la carte signale sa présence dans plusieurs départements, dont les Landes...

En 2001, les Pyrénées-Atlantiques sont encore épargnées mais l'écrevisse a gagné de nombreux territoires. En 2006, 61 départements sont touchés dont les Pyrénées Atlantiques. Les autorités françaises et européennes la pointent désormais du doigt comme espèce exotique envahissante. L’écrevisse rouge devient une de leurs bêtes noires.

L'écrevisse de Louisiane menace l'écrevisse à pattes blanches, espèce endémique européenne

Les prédateurs (oiseaux, mammifères aquatiques...) ne suffisent pas à contrôler l'expansion de l'écrevisse rouge ©V.B
Les prédateurs (oiseaux, mammifères aquatiques...) ne suffisent pas à contrôler l'expansion de l'écrevisse rouge ©V.B
L’espèce a la cuirasse dure. Elle survit aux conditions extrêmes de nos climats. Elle surmonterait plus de quatre mois aux périodes les plus sèches. Pour échapper au manque d’eau et aux fortes chaleurs, elle trouve refuge dans des galeries qu’elle a creusées dans les berges des rivières ou des étangs. Elle s’adapte aux eaux stagnantes turbides ou ayant une forte salinité. Même les eaux polluées ne lui font pas peur. L’écrevisse de Louisiane est en plus omnivore. Jeune, elle apprécie les protéines que sont les larves de poissons, de grenouilles... Adulte les plantes aquatiques... « Et elle filtre les protozoaires » explique Stéphane Builles de la réserve naturelle des marais de Bruges gérée par la Sepanso.

« L’écrevisse de Louisiane est un fléau, dénonce Stéphane Builles. D’abord elle menace l’écrevisse à pattes blanches (1) dont elle colonise l’habitat et à qui elle transmet un champignon. Si l’écrevisse de Louisiane n’est que porteuse saine, l’écrevisse à pattes blanches en meurt ! Ensuite, cette espèce invasive est un gros facteur d’érosion de la biomasse. Là où elle est, elle détruit tout. » Libellules, amphibiens... toutes les populations d’animaux (oeufs) et de plantes aquatiques subissent ses prédations. Et elles minent les ouvrages hydrauliques !

Des prédateurs, elle en a. Comme oiseaux, les cormorans, les hérons ou les foulques d’eau. Comme poissons, les anguilles ou les perches. Comme mammifères aquatiques, les loutres. Pour autant, les prédations ne semblent pas suffisantes pour éradiquer l’écrevisse de Louisiane. La pêche pratiquée pour la consommer non plus. Alors les hommes, propriétaires privés de plans d’eau ou gestionnaires multiplient les pièges et les captures. « Mais la pression n’est jamais suffisante pour contrôler sa population. Encore moins l’éradiquer, poursuit Stéphane Builles. D’ailleurs les pièges ne sont pas aujourd’hui assez sélectifs. Les tortues cistudes peuvent s’y laisser prendre. Les poissons aussi qui sont alors dévorés par les écrevisses prises dans la nasse...» Des travaux sont menés sur la question.

Pourra-t-on bouter l'écrevisse de Louisiane hors des cours d'eau européens ?

L'écrevisse de Louisiane est peut-être jolie, mais elle est une calamité pour les territoires qu'elle conquiert et leur biodiversité ©V.B
L'écrevisse de Louisiane est peut-être jolie, mais elle est une calamité pour les territoires qu'elle conquiert et leur biodiversité ©V.B
« Dans certains pays elle a ruiné des villages qui n’avaient plus de poissons à pêcher. Les gens doivent prendre conscience qu’introduire des espèces exotiques dans les milieux provoque des catastrophes écologiques. La législation française doit vraiment prendre la mesure du problème. » Et d’ajouter : « Là nous n’abordons qu’une seule espèce d’écrevisses invasives. Il en existe huit autres, dont deux nouvelles venues ! »

Certains spécialistes commencent à penser qu’il va falloir faire avec l’espèce en France (2). Dans les marais briérons colonisés par l’envahisseur, un programme scientifique a été mis en place entre 2010 et 2012.
« L’écrevisse de Louisiane est largement considérée comme responsable d’une perte de biodiversité, mais comment les écosystèmes évolueraient-ils si la pression exercée par les écrevisses était relâchée ? Cette problématique qu’il convient d’apprécier à moyen terme a été initiée dans ce programme. L’essentiel du travail fourni a consisté à réduire au maximum la pression en écrevisses dans des bassins de quelques centaines de mètres carrés en testant deux moyens de lutte : le piégeage intensif et l’introduction de prédateurs (anguilles). Les résultats laissent à penser que l’évolution de la biodiversité aquatique ne doit plus être pensée sans mais plutôt vraisemblablement avec l’écrevisse de Louisiane » concluaient les auteurs dans un document (3).



(1) L'Aquitaine a mis tout récemment un programme de sauvegarde de l'écrevisse à pattes blanches
(2) Pour mieux comprendre les enjeux de l'invasion de l'écrevisse de Louisiane et des autres écrevisses exotiques, l’Inra de Rennes, le parc naturel régional de Brière et le Forum des marais atlantiques en partenariat avec l’Onema, ont organisé en juin dernier les premières rencontres françaises sur les écrevisses exotiques invasives.
(2) Que faire des invasions biologiques ? Une question pour les scientifiques et les gestionnaires, L'exemple des marais briérons et de "ses" écrevisses de Louisiane.

Virginie Bhat




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 16:58 Un globicéphale échoué à Bidart


Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016


A télécharger : Sur les chemins du Pays Basque


Vos photos

Indice de la qualité de l'air à Bayonne


Partager votre site


xoriburu.info : Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?: Quelle agriculture dans mon panier... https://t.co/JUOeGjSjGr https://t.co/3NWmfvy78U
Samedi 5 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Le Jardin public est tombé sur un os: Des toiles d'arraignées, des squelettes à deviser... https://t.co/qf8hemZbBt https://t.co/7krcUAiyDj
Mardi 1 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Au chaud les Moineaux: La chaleur tient en tenaille Biarritz et la côte basque. Les... https://t.co/mV5HRJzxIe https://t.co/3AyvSfQIXg
Mercredi 17 Août - 10:14
xoriburu.info : Des hirondelles survolent le lac Mouriscot: Chaque année, en avril, une colonie... https://t.co/XrxEkROmvw https://t.co/RUoCsVUAB4
Lundi 11 Avril - 10:16





On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement

Nos diapos ou vidéos
29/03/2016 | 954 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 90



cookieassistant.com