Eko-société

Donosti : la corrida perd contre la montre


Samedi 30 Mars 2013


Donosti/San-Sebastian. Comment une municipalité volontariste peut mettre la corrida en échec.




Les toros braves ne devraient pas subir cette année le stress de l’embarquement pour San Sebastian  ©DdL
Les toros braves ne devraient pas subir cette année le stress de l’embarquement pour San Sebastian ©DdL
Depuis que la coalition EH Bildu (gauche radicale abertzale) a pris les commandes de la ville de Donosti/San-Sebastian, la bataille fait rage sur le sujet de la corrida dans la ville. Le maire, Juan Karlos Izagirre, n’a jamais caché sa vive opposition aux spectacles taurins, pour des raisons à la fois personnelles, politiques, dogmatiques. La corrida est une émanation de l’Espagne, EH Bildu est farouchement opposé à la tutelle de Madrid, et rejette tout autant la présence de la Guardia Civil que les toreros en costume de lumières.

Mais EH Bildu est un peu seul dans son combat. Les socialistes, longtemps aux manettes de la ville, le PNV et le PP, qui forment l’opposition municipale, aimeraient bien qu’au mois d’août, pour la Grande Semaine, moment fort de la vie festive locale, il y ait, comme chaque année, des corridas aux arènes d’Illumbe. Des arènes modernes, d’une capacité de 11.000 places, bâties au dessus du stade d’Anoeta. Des arènes en béton laides, froides, rappelant une soucoupe volante, et dont la principale qualité est un toit amovible qui permet de couvrir la structure en cas de pluie.

Les arènes d'Illumbe promises à tous les spectacles, sauf taurins

Illumbe connut une période glorieuse à ses débuts (inauguration en 1998), et perdit pied peu à peu, les spectacles présentés ne valant guère le déplacement. Avant un tardif renouveau en 2012 où le monde taurin, sans doute échaudé par l’affaire de Barcelone, se bougea un peu pour offrir à la capitale du Gipuzkoa des corridas en rapport avec la première catégorie, label d’Illumbe.

Les dernières élections municipales ayant chassé les socialistes au bénéfice de Bildu, Illumbe serait aujourd’hui promise à des activités qui n’ont rien à voir avec la corrida : basket, concerts, spectacles pour enfants. Pourtant des organisateurs taurins se sont manifestés pour louer la plaza le prochain mois d’août afin d’y organiser des corridas pour la Grande Semaine. Et Juan Karlos Izagirre et ses amis ont dû ouvrir un concours pour la location d’Illumbe, sous la pression des partis d’opposition.

Ayant reçu très vite une demande de location (30 000 euros pour une semaine) émanant d’une empresa taurine, le groupe Bildu trouva une première ficelle un peu grosse pour contrer : une association aurait déposé une offre, imprécise, une heure avant les taurins. Ca fleurait la combine à plein nez.

Les mauvais traitements à l'encontre des animaux interdits à Donosti

Alors Bildu eut une autre idée, beaucoup plus fine. Monter un cahier des charges, dans lequel il est expressément stipulé que l’on peut louer Illumbe pour tous les spectacles où aucun mauvais traitement n’est infligé à des animaux. Ce qui ne concerne pas bien sûr que la corrida. Les combats de coqs, les jeux où de lourdes pierres traînées par des chevaux ou des bœufs, et tout ce qui peut porter atteinte à la santé animale sont formellement prohibés. Avec un tel « pliego », les entreprises taurines se retrouvent de facto hors jeu.

Reste à savoir si cette ruse tiendra la route, l’opposition envisageant de soumettre le fameux cahier des charges à la justice, des fois qu’il soit entaché d’illégalité. Mais nous sommes déjà au printemps, et le temps que les tribunaux donnent une réponse, et que les voies de recours soient épuisées, n’importe quelle empresa hésitera à organiser, dans un très court délai, des spectacles où de longues négociations sont souvent indispensables pour monter les plus belles affiches. A partir d’aujourd’hui, le temps travaille pour Bildu et contre la corrida.

Daniel de Luz




Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016


A télécharger : Sur les chemins du Pays Basque


Vos photos

Indice de la qualité de l'air à Bayonne


Partager votre site


xoriburu.info : Coup d'aile des oiseaux bleus sur le Pays Basque: Un vol, puis deux, puis trois... Ce mardi matin pris par le frima… https://t.co/N2JIMYlHuB
Mercredi 15 Novembre - 09:14
xoriburu.info : Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?: Quelle agriculture dans mon panier... https://t.co/JUOeGjSjGr https://t.co/3NWmfvy78U
Samedi 5 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Le Jardin public est tombé sur un os: Des toiles d'arraignées, des squelettes à deviser... https://t.co/qf8hemZbBt https://t.co/7krcUAiyDj
Mardi 1 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Au chaud les Moineaux: La chaleur tient en tenaille Biarritz et la côte basque. Les... https://t.co/mV5HRJzxIe https://t.co/3AyvSfQIXg
Mercredi 17 Août - 10:14





On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement

Nos diapos ou vidéos
29/03/2016 | 1015 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 90



cookieassistant.com