Les animaux entre ciel et terres sauvages

Des vautours français en Bulgarie


Mercredi 2 Mai 2012


Le 24 avril dernier, seize vautours fauves basques soignés par le centre Hegalaldia partaient pour la Bulgarie. En compagnie d'autres congénères, ils ont parcouru plus de 3000 kilomètres sous la vigilance de l'association bulgare Green Balkans. Ces vautours devraient reprendre bientôt leur envol, libres, dans les Balkans dans le cadre d'un programme européen de repeuplement.




Des vautours français en Bulgarie
Vingt-quatre vautours fauves français sont installés depuis vendredi dernier en Bulgarie. Ce n’est pas à coups d’ailes qu’ils ont franchi les 3000 kilomètres qui séparent les deux pays. Mais par route. Ces 24 vautours sont tous nés l’an dernier. Vingt d’entre eux avaient été recueillis par des centres de sauvegarde de la faune sauvage dont 16 par Hegalaldia au Pays Basque et 4 par la LPO-Grands Causse. Les quatre autres rapaces sont nés en captivité dans des parcs zoologiques en France.

Le retour des vautours en Bulgarie est un programme européen Life

Après trois jours de voyage, l'association Green Balkans en charge du programme Life s'apprête à libérer les vautours fauves dans son centre d'accueil
Après trois jours de voyage, l'association Green Balkans en charge du programme Life s'apprête à libérer les vautours fauves dans son centre d'accueil
« Ces oiseaux participent à un programme de réintroduction des vautours sur la chaine des Balkans. Le but de cette opération est de reconstituer les populations de vautour fauve en Europe et de relancer les échanges entre les diverses populations » explique l’association Hegalaldia sur son site.

C’est au minimum 130 vautours qui devraient être réintroduits en Bulgarie, selon la LPO qui participe à l’opération.

Ce programme européen LIFE08 NAT/BG/000278 a pour nom « Le retour des vautours ». Lancé en 2010 il court sur cinq ans. Il doit permettre le retour de trois espèces en Bulgarie : le vautour fauve, le vautour moine et le gypaète barbu. Son budget s’élève à plus de 1,3 million d’euros, la moitié financée par l’Union européenne.

Il reste moins de quarante couples de vautours en Bulgarie

Premier pas du vautour fauve sur la terre bulgare
Premier pas du vautour fauve sur la terre bulgare
« Victimes de la méconnaissance de l’espèce et de sa biologie, les vautours fauves sont en passe de disparaître des massifs montagneux de la Bulgarie, précise la LPO dans un communiqué qui annonçait le départ des vautours le 25 avril dernier. En effet, il reste moins de 40 couples dans ce pays qui subissent régulièrement les effets nocifs de l’empoisonnement théoriquement destiné aux carnivores sauvages et domestiques. Une véritable catastrophe écologique pour cette espèce qui rend pourtant de si grands services à l’environnement et au pastoralisme.

Equarrisseur naturel, gratuit et infatigable de nos montagnes, il nettoie les espaces sauvages et évite ainsi la propagation de maladies. Un rôle bien admis en France où depuis les années 1960, la réintroduction des vautours (en dehors des Pyrénées ou subsistait difficilement une petite population) a permis à l’espèce de se redynamiser et d’être aujourd’hui en bonne santé. »

Et c’est cette bonne santé de leur population en France qui « permet d’envoyer, pour renforcer des populations en danger d’extinction et sans risques pour les effectifs, des oiseaux qui sont en transit dans des centres de sauvegarde de la faune sauvage de l’Ufcs (Union française des centres de sauvegarde), de la LPO ou d’autres structures. »

Hegalaldia a confié 16 vautours à l'association bulgare Green Balkans

Les vautours fauves devront s'adapter d'abord à leur nouvel environnement dans des sites adaptés
Les vautours fauves devront s'adapter d'abord à leur nouvel environnement dans des sites adaptés
Pour leur transfert en Bulgarie, les centres et les parcs zoologiques qui ont participé à l‘opération ont du obtenir les autorisations nécessaires des autorités publiques. Le vautour fauve est une espèce protégée. Si libre il ne connaît pas les frontières, ni les passeports, son sort confié à des hommes, il doit s’y arrêter.

Green Balkans, l’association bulgare responsable de leur (re)mise en liberté a d’abord pris en charge les vautours basques le 24 avril dernier pour se diriger vers les Grands Causses récupérer les autres oiseaux. Les vautours ont voyagé sous sa responsabilité pendant trois jours avant d’arriver dans son centre d’accueil.

C'est dans le ciel bulgare que le vautour fauve pourra reprendre son vol
C'est dans le ciel bulgare que le vautour fauve pourra reprendre son vol
Pour l’heure les oiseaux récupèrent de leur voyage. Après une période de quarantaine, ils seront ensuite bagués et leurs ailes marquées de jaune. Ceci afin de les reconnaître plus tard lorsqu’ils auront recouvré leur liberté.

Ensuite, les 24 vautours seront dispatchés sur quatre sites dans les Balkans. Ils seront accueillis dans des centres spécialisés où ils pourront s’adapter au climat et à leur nouvel environnement. Si tout va pour le mieux, ils seront ensuite relâchés. Sans compter les 24 nouveaux venus, les quatre centres bulgares abritent aujourd’hui 32 vautours d’origine allemande, espagnole, tchèque et hollandaise, explique l’ong Green Balkans. La plupart devait se retrouver libre ce printemps.

Depuis le début du programme, 62 vautours ont pris leur envol depuis ces quatre sites. Une vingtaine d’entre eux sont continuellement suivis par l'association Green Balkans.

Virginie Bhat




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016


A télécharger : Sur les chemins du Pays Basque


Vos photos

Indice de la qualité de l'air à Bayonne


Partager votre site


xoriburu.info : Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?: Quelle agriculture dans mon panier... https://t.co/JUOeGjSjGr https://t.co/3NWmfvy78U
Samedi 5 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Le Jardin public est tombé sur un os: Des toiles d'arraignées, des squelettes à deviser... https://t.co/qf8hemZbBt https://t.co/7krcUAiyDj
Mardi 1 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Au chaud les Moineaux: La chaleur tient en tenaille Biarritz et la côte basque. Les... https://t.co/mV5HRJzxIe https://t.co/3AyvSfQIXg
Mercredi 17 Août - 10:14
xoriburu.info : Des hirondelles survolent le lac Mouriscot: Chaque année, en avril, une colonie... https://t.co/XrxEkROmvw https://t.co/RUoCsVUAB4
Lundi 11 Avril - 10:16





On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement

Nos diapos ou vidéos
29/03/2016 | 954 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 90



cookieassistant.com