Les animaux de nos maisons

Bayonne : coup de cœur au refuge


Jeudi 4 Octobre 2012


Alors que la terre célèbre la journée mondiale de ses animaux, le refuge Au coup de cœur à Bayonne a reçu aujourd'hui un invité Henry-Jean Servat. L'écrivain et journaliste parraine la Fête du monde animal samedi à Biarritz où le refuge sera présent.




Le refuge a accueilli plus de 172 chats cet été ! ©V.B
Le refuge a accueilli plus de 172 chats cet été ! ©V.B
« J’ai quatre chats. Le premier que j’ai rencontré se tenait sur une table près de Brigitte Bardot » explique Henry-Jean Servat à ses interlocuteurs alors que les félins les plus téméraires ou les plus câlins se précipitent sur le petit groupe humain. En ce 4 octobre, journée mondiale des animaux, le refuge Au coup de cœur à Bayonne reçoit la visite du journaliste et auteur.

Henry-Jean Servat est un ardent défenseur des animaux

Henry-Jean Servat soutient la cause animale ©V.B
Henry-Jean Servat soutient la cause animale ©V.B
Si le journaliste Henry-Jean Servat ne trempe pas sa plume pour des histoires d’animaux mais des livres sur les stars, il sait dire l’amour qu’il leur porte et parler des maux qu'ils supportent. C’est Brigitte Bardot qui l’a converti à la cause des bêtes. Une star du cinéma et de la protection animale. Et c’est justement d’animaux que l’homme est venu parler aujourd’hui au refuge.

Dans la chatterie, Françoise veille à tous les grains. La bénévole, en compagnie d’autres dames aussi férues qu’elle de ces félins, ne tarit pas au sujet de ses protégés. « Nous accueillons plus de 160 chats à l’heure actuelle ! Et nous sommes montés à plus de cent soixante dix. Heureusement les adoptions ont repris en septembre. Cette chatterie ouverte sur l’extérieur en accueille près de 70. »

« Et ils ne se battent pas » s’inquiète l’écrivain. Non les chats de cette chatterie ne se querellent pas. A longueur de journée, les bénévoles, de 14 à plus d'âge, les caressent et les incitent à jouer. « Elles se surnomment les arbres à chat ! » s’amuse Joëlle Turcat, présidente du refuge.

Il est vrai que les bénévoles ne prennent pas de risques : les chats prêts à en découdre sont abrités dans un autre chatterie. Et chacun leur tour, ils quittent leur box pour aller et venir. « Les chatons sont accueillis encore ailleurs » ajoute Françoise.

Le refuge recherche des aides financières pour construire une nouvelle chatterie

La chatterie présente de grosses fissures ©V.B
La chatterie présente de grosses fissures ©V.B
De chatteries parlons-en justement. « Regardez, elles tombent en lambeaux ! Celle-ci est faite de bric et de broc ! tempêtent les bénévoles en montrant le toit de tôles ondulées et les murs extérieurs présentant de profondes crevasses. L’été il fait chaud, l’hiver froid. Nous devons abriter les chats dans des locaux plus sécurisés. Pour eux et pour nous. »

« Nous voulons construire une nouvelle chatterie insiste Joëlle Turcat. L’investissement est estimé à 100 000 euros ! Nous devons convaincre pour que l’on nous aide. Nous ne lâcherons pas. » Demain, le refuge reprendra son bâton de pèlerin pour rechercher des aides auprès des entreprises privées.

Plus de cent chiens attendent un Coup de cœur

Sako, un croisé berger griffon attend la main qui se tendra ©V.B
Sako, un croisé berger griffon attend la main qui se tendra ©V.B
Après la chatterie, Henry-Jean Servat et ses hôtes se rendront dans les chenils où, comme les chats, les chiens attendent une main qui se tendra et leur offrira un nouveau foyer.

« Aujourd’hui, le site accueille plus de cent chiens. Entre la fourrière (1) et le refuge. Nous comptons tous les animaux qu’ils soient en fourrière ou en refuge. Car ceux de fourrière, s’ils ne sont pas récupérés par leurs propriétaires, rejoindront le refuge pour être adoptés. Ici on n’euthanasie pas. »

Samedi, Henry-jean Servat et le refuge Au coup de cœur se retrouveront ensemble à la Fête du monde animal qui se tiendra à la maison des associations de Biarritz. Ils y expliqueront les combats qu'ils mènent pour les animaux.


(1) La fourrière prend en charge les animaux errants de plus de vingt communes du Pays Basque, dont ceux de l'Acba. Chaque ville verse une contribution financière calculée sur le taux unique de 1,25 € par habitant.

Virginie Bhat




Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016


A télécharger : Sur les chemins du Pays Basque


Vos photos

Indice de la qualité de l'air à Bayonne


Partager votre site


xoriburu.info : Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?: Quelle agriculture dans mon panier... https://t.co/JUOeGjSjGr https://t.co/3NWmfvy78U
Samedi 5 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Le Jardin public est tombé sur un os: Des toiles d'arraignées, des squelettes à deviser... https://t.co/qf8hemZbBt https://t.co/7krcUAiyDj
Mardi 1 Novembre - 09:16
xoriburu.info : Au chaud les Moineaux: La chaleur tient en tenaille Biarritz et la côte basque. Les... https://t.co/mV5HRJzxIe https://t.co/3AyvSfQIXg
Mercredi 17 Août - 10:14
xoriburu.info : Des hirondelles survolent le lac Mouriscot: Chaque année, en avril, une colonie... https://t.co/XrxEkROmvw https://t.co/RUoCsVUAB4
Lundi 11 Avril - 10:16





On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement

Nos diapos ou vidéos
29/03/2016 | 963 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 90



cookieassistant.com